Saint Augus­tin. Écoute et mets en pratique

Saint Augus­tin Fresque, XVe s.
Basi­lique de saint Nico­las, Tolentino 


Ne vous trom­pez pas vous-mêmes si vous êtes venus avec empres­se­ment écou­ter la parole, sans l’intention de mettre en pra­tique ce que vous enten­dez. Pen­sez-y bien : s’il est bon d’écouter la parole, il est bien meilleur encore de la mettre en pra­tique. Si tu ne l’écoutes pas, si tu fais peu de cas de ce que tu as enten­du, tu ne bâtis rien. Si tu l’écoutes et ne la mets pas en pra­tique, tu construis une ruine. À ce pro­pos, le Sei­gneur énonce une para­bole fort juste. « Qui écoute mes paroles et les met en pra­tique, dit-il, est sem­blable à un homme pru­dent qui bâtit sa mai­son sur le roc. La pluie est tom­bée, les tor­rents sont venus, les vents ont souf­flé, ils ont secoué cette mai­son, mais elle n’a pas crou­lé. » Pour­quoi n’a-t-elle pas crou­lé ? « Parce qu’elle était bâtie sur le roc. » Ain­si donc, écou­ter et mettre en pra­tique, c’est bâtir sur le roc. Et le fait même d’écouter, c’est construire.

« Quant à celui qui entend ces paroles, conti­nue le Sei­gneur, et ne les met pas en pra­tique, je le com­pa­re­rai à un sot qui, lui aus­si, bâtit sa mai­son. » Lui aus­si, il bâtit. Et que construit-il ? Il bâtit sa mai­son, mais parce qu’il ne met pas en pra­tique ce qu’il entend, il a beau entendre, il bâtit sur le sable. C’est donc sur du sable qu’il construit, celui qui écoute et ne met pas en pra­tique ; sur le roc, celui qui écoute et met en pra­tique. Et celui qui n’écoute rien, il n’édifie ni sur le sable ni sur le roc. Mais vois ce qui suit : « La pluie est tom­bée, les tor­rents sont venus, les vents ont souf­flé et ils ont secoué cette mai­son ; elle a crou­lé, et grande fut sa ruine. » Lamen­table spectacle !

Quelqu’un me dira : « À quoi bon écou­ter ce que je n’ai pas l’intention de faire ? Puisque je bâti­rai une mai­son en ruine, si j’écoute sans mettre en pra­tique, n’est-il pas plus sûr de ne rien écou­ter ?» Le Sei­gneur n’a pas pris en compte cette atti­tude dans la para­bole qu’il nous a pré­sen­tée, mais il nous a don­né de quoi en appré­cier la valeur. En ce monde, la pluie, les vents, les tor­rents ne cessent pas. Tu ne bâtis pas sur le roc, parce que tu crains que lorsque les tor­rents vien­dront, ils ne t’emportent ? Tu n’édifies pas sur le sable, dans la crainte qu’à leur venue, ils ne ren­versent ta mai­son ? Tu res­te­ras donc sans toit, puisque tu n’écoutes rien. La pluie vient, les tor­rents viennent : seras-tu en sécu­ri­té, alors que tu vas être empor­té sans rien pour te cou­vrir, sans abri ? Réflé­chis donc bien au par­ti que tu vas prendre. De n’avoir rien écou­té ne te met­tra pas en sûre­té, comme tu le penses. Sans pro­tec­tion et sans le moindre toit, tu vas être for­cé­ment ren­ver­sé, empor­té, submergé.

Si donc bâtir sur le sable est mal, il est tout aus­si mal de ne rien construire. Il reste que la seule chose à faire, c’est de bâtir sur le roc. C’est mal de ne pas écou­ter, c’est mal d’écouter sans agir ; il s’ensuit qu’il faut écou­ter et mettre en pra­tique. « Soyez des gens qui mettent la parole en pra­tique, ne vous conten­tez pas de l’écouter ; ce serait vous faire illusion. »

Après cette exhor­ta­tion, je crains de ne pas vous avoir sti­mu­lé par ma parole, mais pous­sé au déses­poir. Peut-être que dans cette nom­breuse assem­blée, l’un de vous, ou deux, ou plus, me jugent et se dit : « Je vou­drais bien savoir si ce prê­cheur fait tout ce qu’il dit et enseigne aux autres !» Je lui réponds : « Je me mets fort peu en peine d’être jugé par vous. Car moi-même, d’un cer­tain côté, je sais ce que je suis aujourd’hui, mais ne peux savoir ce que je serai demain. Mais toi qui as de moi cette idée, c’est le Sei­gneur qui t’a don­né d’être sûr de ce que je fais ! Si je fais ce que je dis et ce que j’entends, imi­tez-moi, comme j’imite le Christ. Mais si je ne le fais pas, écou­tez ce que dit le Sei­gneur : Faites ce qu’ils vous disent, mais ne faites pas ce qu’ils font. »

Saint Augus­tin (354-430), Ser­mon 179, 8-10 : PL 38, 970-971
> Bio­gra­phie