Louis Bouyer. Le mé­tier de théologien


La théo­lo­gie doit tou­jours tendre vers Dieu, nous faire avan­cer vers la ren­contre avec Lui, vers l’as­si­mi­la­tion à Lui. Dans la me­sure même où, au contraire, elle es­saie d’ac­ca­pa­rer, si je puis dire, ou de dé­tour­ner de son sens tel ou tel élé­ment de la Ré­vé­la­tion pour le faire en­trer dans une syn­thèse seule­ment hu­maine, comme un simple com­plé­ment de notre connais­sance du monde ou de nous-mêmes, dans une igno­rance dé­li­bé­rée ou sim­ple­ment du fait des pers­pec­tives de sa­lut qui sont celles de la Ré­vé­la­tion, ce n’est plus de la théologie .

Louis Bouyer (1913-2004), Le mé­tier de théo­lo­gien. En­tre­tiens avec George Daix
Bio­gra­phie