Chartres. Le Bon Samaritain

Ubi caritas, Grégorien, Xe s. Monastère Santo Domingo, Silos

Vitrail du bas-côté de la cathédrale Notre-Dame de Chartres illustrant la parabole du Bon Samaritain, détails, XIIIe s.

Lc 10, 25-37
25 En ce temps-là, un docteur de la Loi se leva et mit Jésus à l’épreuve en disant : « Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? » 26 Jésus lui demanda : « Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Et comment lis-tu ? » 27 L’autre répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence, et ton prochain comme toi-même. » 28 Jésus lui dit : « Tu as répondu correctement. Fais ainsi et tu vivras. » 29 Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ? »

30 Jésus reprit la parole : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits. Ceux-ci, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à moitié mort. 31 Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin; il le vit et passa de l’autre côté. 32 De même un lévite arriva à cet endroit; il le vit et passa de l’autre côté. 33 Mais un Samaritain, qui était en route, arriva près de lui. Il le vit et fut saisi de compassion. 34 Il s’approcha, et pansa ses blessures en y versant de l’huile et du vin. Puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui.

35 Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant : Prends soin de lui; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.

36 Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme tombé aux mains des bandits ? » 37 Le docteur de la Loi répondit :  « Celui qui a fait preuve de pitié envers lui. » Jésus lui dit : « Va, et toi aussi, fais de même. »


« Notre-Dame de Chartres est la cathédrale qui conserve le plus grand nombre de vitraux anciens (2600 m2 de verrières du Moyen Age). La verrière du Bon Samaritain date de premier tiers du XIIIe siècle. Elle fait partie des verrières offertes par des groupes de métiers : ici il s’agit des cordonniers et savetiers.

La verrière dite « du Bon Samaritain » met en lien deux épisodes bibliques très distincts : juste au-dessus de la représentation de la parabole (Lc 10) se trouve le récit de la chute d’Adam et Ève (Gn 3). Les Pères ont vu dans ce rapprochement un sens théologique très profond : « L’homme qui descendait est Adam. Jérusalem est le paradis et Jéricho est le monde. Les brigands sont des pouvoirs hostiles. Le sacrificateur représente la loi, le Lévite, les prophètes et le Samaritain, le Christ. Les blessures sont la désobéissance, la monture est le corps du Seigneur, l’auberge qui accepte tous ceux qui désirent y entrer, représente l’Église… L’hôte de l’auberge est le chef de l’Église, à qui le soin du blessé a été confié. Et le fait que le Samaritain promet de revenir représente la seconde venue du Sauveur. » (Origène, Homélie sur Lc 34, 3)

© Fraternités de Jérusalem


Ubi caritas est vera, Deus ibi est.

Congregavit nos in unum Christi amor.
Exsultemus et in ipso jucundemur.
Timeamus et amemus Deum vivum.
Et ex corde diligamus nos sincero.
Ubi caritas est vera, Deus ibi est.
Simul ergo cum in unum congregamur :
Ne nos mente dividamur, caveamus.
Cessent iurgia maligna, cessent lites.
Et in medio nostri sit Christus Deus.
Ubi caritas est vera, Deus ibi est.
Simul quoque cum beatis videamus,
Glorianter vultum tuum, Christe Deus :
Gaudium quod est immensum, atque probum,
Saecula per infinita saeculorum.
Ubi caritas est vera, Deus ibi est.
_______

Là où l’amour est vrai, Dieu est présent.

L’amour du Christ nous a rassemblés et nous sommes un.
Exultons et réjouissons-nous en lui.
Craignons et aimons le Dieu vivant
et aimons-nous les uns les autres d’un cœur sincère.
Là où l’amour est vrai, Dieu est présent.
Ne formons donc tous qu’un seul corps :
ne soyons pas divisés de cœur, prenons garde.
Cessent les querelles méchantes, cessent les disputes
et que le Christ soit au milieu de nous.
Là où l’amour est vrai, Dieu est présent.
Qu’avec les bienheureux, nous voyions
ton glorieux visage, ô Christ Dieu.
Joie immense et divine,
pendant la durée infinie des siècles.
Là où l’amour est vrai, Dieu est présent.