▷ Ferdinand Hodler. Lac de Thoune

France Culture, Philippe Dagen, extraits

Ferdinand Hodler (1853-1918)
Lac de Thoune et chaîne du Stockhorn (1905)
Collection privée

La mission de l’artiste (s’il est permis de dire la mission) est d’exprimer l’élément éternel de la nature, la beauté, d’en dégager la beauté essentielle. L’artiste fait valoir la nature en mettant en évidence les choses, il fait valoir les formes du corps humain; il nous montre une nature agrandie, simplifiée, dégagée de tous les détails insignifiants. Il nous montre une œuvre qui est selon la mesure de son expérience, de son cœur et de son esprit.

L’art, c’est le geste de la beauté. Platon donne cette définition : « Le beau est la splendeur du vrai », ce qui veut dire que nous devons ouvrir les yeux et regarder la nature.

De rien, l’homme ne peut rien faire; lorsque l’artiste fait une œuvre, il en emprunte les éléments à un monde déjà existant, au milieu duquel il vit. Le plus imaginatif est guidé par la nature, elle est la grande source de renseignements; c’est elle qui stimule notre imagination.

Plus on a pénétré l’esprit de la nature, plus complète est la notion qu’on en peut rendre; plus on possède les moyens d’expression, mieux on peut en tracer l’image.

On reproduit ce que l’on aime : cette figure plutôt qu’une autre; on reproduit le paysage délicieux dans lequel on se plaît.

L’émotion est une des premières causes déterminant un peintre à faire une œuvre. Il veut redire les charmes de ce paysage, de cet être humain, de cette nature qui l’ont si vivement ému.

Les impressions qu’on reçoit de la nature extérieure nous laissent des traces plus ou moins profondes et durables, et c’est dans le choix que se détermine tout le caractère de l’œuvre, c’est-à-dire le propre caractère du peintre.

C’est par notre œil et notre intelligence que pénètrent en nous les splendeurs dont nous sommes entourés. Plus ou moins profondément, suivant les facultés de perception de chacun, suivant son degré d’impressionnabilité.

Ferdinand Hodler, > La mission de l’artiste, La Liberté 1897, Fribourg