Aristote. Nul ne commande plus qu’il n’obéit


Certains sont d’avis qu’il est contre nature qu’un seul homme soit le maître absolu de tous les citoyens, là où la cité est composée d’hommes semblables entre eux : car, disent-ils, les êtres semblables en nature doivent, en vertu d’une nécessité elle-même naturelle, posséder les mêmes droits et la même valeur; ils en tirent cette conséquence que s’il est vrai qu’une répartition égale de nourriture et de vêtements entre des personnes inégales est une chose nuisible aux corps, ainsi en est-il aussi au sujet de la distribution des honneurs; et par suite il en est de même quand les personnes égales reçoivent un traitement inégal, et ce serait là précisément la raison pour laquelle il est juste que nul ne commande plus qu’il n’obéit, et qu’ainsi chaque citoyen soit appelé à tour de rôle à commander et à obéir, alternance qui n’est dès lors rien d’autre qu’une loi, puisque l’ordre est une loi.

Aristote (-384  à  -322), Politique III, 16
Biographie