Aristote. La politique vise avant tout la justice


Quand on veut y regarder de près, il peut paraître sans doute fort extraordinaire que la fonction de l’homme d’État consiste dans la possibilité d’étudier les moyens de s’assurer la domination la plus absolue sur les peuples voisins, que ces peuples le veuillent ou ne le veuillent pas. Comment pareil office peut-il être celui d’un homme d’État ou d’un législateur, alors qu’il n’est même pas légitime ? Or n’a rien de légitime une autorité qui s’exerce non pas avec justice seulement, mais encore avec une injustice; et il est possible de soumettre les autres à sa domination même en dehors de tout droit. — En outre, nous ne voyons non plus rien de semblable dans les autres sciences : ce n’est la fonction ni du médecin ni du pilote d’user de persuasion ou de violence, l’un envers ses malades, l’autre envers ses passagers.

Néanmoins, la plupart des hommes semblent penser que l’art de gouverner despotiquement est l’art de l’homme D’État et cette sorte de gouvernement que chaque peuple déclare injuste et désavantageux pour lui-même, il ne rougit pas de l’exercer envers les autres, car si dans les affaires qui les intéressent personnellement, les hommes réclament une autorité respectueuse de la justice, dans leurs relations avec les autres ils n’ont aucun souci de ce qui est juste. Mais c’est là une position absurde, à moins d’admettre que c’est la nature elle-même qui distingue entre l’être destiné à subir une autorité despotique et l’être qui n’y est pas destiné, avec cette conséquence que, s’il en est ainsi, on ne doit pas s’efforcer de soumettre indifféremment tous les hommes à un pouvoir despotique, mais seulement ceux qui y sont naturellement prédisposés, pas plus qu’on n’a le droit de poursuivre des êtres humains à la chasse pour pourvoir à un festin ou à un sacrifice, mais seulement le gibier propre à ces usages, c’est-à-dire des animaux sauvages comestibles.

J’ajoute qu’il est parfaitement possible que même une cité isolée, n’ayant de rapports qu’avec elle-même, connaisse le bonheur, c’est-à-dire soit sagement gouvernée, puisqu’il peut fort bien arriver qu’un État soit administré en un lieu quelconque, en vase clos, et jouisse d’une bonne législation; or dans cet État, la structure de la constitution ne sera pas orientée vers la guerre ni vers l’asservissement de ses ennemis, toute idée de ce genre devant même être exclue. Il est donc évident que si tous les soins apportés à la préparation de la guerre doivent être tenus pour des plus honorables, ils ne constituent cependant pas la fin suprême de l’activité entière de l’État, mais seulement des moyens en vue de cette fin. Et l’office du sage législateur est de considérer, pour un État, une race ou toute autre communauté, comment sera réalisée leur participation à une vie bonne, et au bonheur qu’il leur est possible d’atteindre. Les lois que le législateur édictera ne seront cependant pas toujours les mêmes : et c’est son office de voir, dans le cas où il existe des voisins, à quelles sortes d’activités on doit se livrer d’après leurs différents caractères, ou comment on adoptera les mesures qui conviennent à chacun d’eux.

Aristote (-384  à  -322), Politique, VII, 2, 1324 b 22
Biographie