Baruch Spinoza. L’amour de la vérité


Parmi les choses qui ne sont pas en mon pouvoir, aucune n’a plus de valeur à mes yeux que d’avoir l’honneur de nouer des relations amicales avec des hommes sincèrement amoureux de la vérité. Car je crois que dans le monde entier, il n’y a rien que l’on puisse aimer avec assurance, parmi les choses qui sont au-delà de notre pouvoir, sinon ces hommes-là. En effet, il est aussi impossible que disparaisse l’amour qu’ils se portent les uns aux autres, fondé dans l’amour qu’a chacun pour la vérité, que de ne pas embrasser la vérité elle-même une fois qu’on l’a comprise. De plus, il s’agit de l’amour le plus élevé et le plus agréable que l’on puisse trouver dans les choses qui sont au-delà de notre pouvoir. Car aucune chose, sinon la vérité, n’est capable d’unir pleinement les avis et les sentiments divers. Je ne dis rien des immenses avantages qui en découlent.

Baruch Spinoza (1632-1677), Lettre (19) à Van Blyenbergh, 1665
Biographie