Baruch Spinoza. La stabilité de l’État


C’est une chose certaine en effet, les hommes sont nécessairement soumis à des affects, sont faits de telle sorte qu’ils éprouvent de la pitié pour ceux qui ont du malheur, de l’envie pour ceux qui ont du bonheur; qu’ils sont plus portés à la vengeance qu’à la pitié; de plus chacun désire que les autres vivent conformément à sa propre complexion, approuvent ce que lui-même approuve, et rejettent ce que lui-même rejette. D’où résulte, tous voulant pareillement être les premiers, que des conflits éclatent entre eux, qu’ils s’efforcent de s’écraser les uns les autres, et que le vainqueur se glorifie plus d’avoir triomphé de son rival que de s’être procuré à lui-même quelque bien. Et sans doute tous sont persuadés que suivant les enseignements de la religion, au contraire, chacun doit aimer son prochain comme soi-même, c’est-à-dire défendre comme le sien propre le droit d’autrui; mais nous avons montré que cette persuasion a peu de pouvoir sur les affections. Elle triomphe à la vérité quand on est à l’article de la mort, c’est-à-dire quand la maladie a vaincu les passions et que l’homme gît inerte, ou encore dans les temples où les hommes n’ont pas à défendre leurs intérêts; mais elle est sans efficacité devant les tribunaux ou à la Cour, où il serait le plus nécessaire qu’elle en eût. Nous avons montré en outre que la raison peut bien contenir et gouverner les affects, mais nous avons vu en même temps que la voie qu’enseigne la raison est très difficile; ceux qui par suite se persuadent qu’il est possible d’amener la multitude ou les hommes occupés des affaires publiques à vivre selon les préceptes de la raison, rêvent de l’âge d’or des poètes, c’est-à-dire se complaisent dans la fiction.

 Un État dont le salut dépend de la loyauté de quelques personnes, et dont les affaires, pour être bien dirigées, exigent que ceux qui les mènent veuillent agir loyalement, n’aura aucune stabilité. Pour qu’il puisse subsister il faudra ordonner les choses de telle sorte que ceux qui administrent l’État, qu’ils soient guidés par la raison ou mus par les affects, ne puissent être amenés à agir d’une façon déloyale ou contraire à l’intérêt général. Et peu importe à la sécurité de l’État quel motif intérieur ont les hommes de bien administrer les affaires, pourvu qu’en fait ils les administrent bien : la liberté de l’âme en effet, c’est-à-dire le courage, est une vertu privée, la vertu nécessaire à l’État est la sécurité.

Baruch Spinoza (1632-1677), Traité politique, ch. I, § 5 et 6
Biographie