St Anselme. La non-existence de Dieu ?


Cet être suprême existe si bien qu’il est impossible de concevoir sa non-existence. En effet, on peut avoir l’idée de quelque chose qui existe nécessairement et d’une manière absolue; or ce mode d’existence est supérieur à celui qui caractérise les êtres contingents. Si donc on pouvait concevoir la non-existence de l’être suprême et faire de lui un être contingent, la pensée serait libre de concevoir au-dessus de lui quelque chose dont l’existence serait nécessaire; par conséquent il ne serait plus l’être par excellence, ce qui implique contradiction. Il existe donc un être suprême, et cet être suprême existe si bien que la pensée ne peut concevoir sa non-existence.

C’est vous qui êtes cet être par excellence, mon Seigneur et mon Dieu; et vous existez avec tant de plénitudes et de vérité qu’il est impossible de comprendre que vous n’existiez point; et c’est justice. Si la pensée humaine pouvait avoir l’idée d’un être supérieur à vous, la créature s’élèverait au-dessus du Créateur et le jugerait du haut de son orgueil, conséquence absurde et monstrueuse qui détruit la supposition dont elle est née. Tous les êtres, excepté vous, n’ont qu’une existence accidentelle et incomplète, puisque la pensée peut les supposer anéantis; seul vous avez la pleine et véritable existence, puisque vous êtes l’être nécessaire et absolu. Pourquoi donc « l’insensé » a-t-il dit dans son cœur : « Dieu n’existe point » quand la raison affirme que vous êtes le seul être qui possédiez l’existence véritable et complète ? Pourquoi, si ce n’est parce qu’il est privé de raison, parce qu’il est « insensé » ?

St Anselme de Cantorbéry (1033-1109), Proslogion, ch. III
> Biographie