Hen­ri Berg­son. L’art dé­voile le réel

La phi­lo­so­phie n’est pas l’art, mais elle a avec l’art de pro­fondes af­fi­ni­tés. Qu’est ce que l’ar­tiste ? C’est un homme qui voit mieux que les autres car il re­garde la réa­li­té nue et sans voile. Voir avec des yeux de peintre, c’est voir mieux que le com­mun des mor­tels. Lorsque nous re­gar­dons un ob­jet, d’­ha­bi­tude, nous ne le voyons pas : parce que ce que nous voyons, ce sont des conven­tions in­ter­po­sées entre l’ob­jet et nous ; ce que nous voyons, ce sont des signes conven­tion­nels qui nous per­mettent de re­con­naître l’ob­jet et de le dis­tin­guer pra­ti­que­ment d’un autre, pour la com­mo­di­té de la vie. Mais ce­lui qui met­tra le feu à toutes ces conven­tions, ce­lui qui mé­pri­se­ra l’u­sage pra­tique et les com­mo­di­tés de la vie et s’ef­for­ce­ra de voir di­rec­te­ment la réa­li­té même, sans rien in­ter­po­ser entre elle et lui, ce­lui-là se­ra un ar­tiste. Mais ce se­ra aus­si un phi­lo­sophe, avec cette dif­fé­rence que la phi­lo­so­phie s’a­dresse moins aux ob­jets ex­té­rieurs qu’à la vie in­té­rieure de l’âme !

Hen­ri Berg­son (1859-1941), Confé­rence de Ma­drid sur l’âme hu­maine, 2 mai 1916
> Bio­gra­phie