Marc Aurèle. L’homme est capable de sagesse

Marc Aurèle, marbre, IIe siècle
Le Louvre, Paris

Chaque être doit accomplir […] ce qui est en accord avec sa constitution. Tous les autres êtres ont été constitués en vue des êtres raisonnables, comme, dans n’importe quel ordre, les choses inférieures en vue des supérieures, mais les êtres raisonnables l’ont été les uns pour les autres. Dans la constitution de l’homme, le caractère essentiel est donc la sociabilité.

Le second, c’est la faculté de résister aux sollicitations corporelles, car le propre du mouvement de la raison et de l’intelligence est de se donner sa limite à lui-même et de ne jamais être vaincu par les mouvements des sens ni par ceux de l’instinct. Ces deux mouvements en effet sont de nature animale. Mais le mouvement de l’intelligence veut prédominer et ne pas être maîtrisé par eux, et cela à juste titre, car il est d’une nature à pouvoir se servir de tous les autres.

En troisième lieu, il est dans la constitution d’un être raisonnable de ne pas se montrer prompt à juger, ni facile à duper.

Marc Aurèle (121-180), Pensées pour moi-même, livre VII, art. 55
Biographie