▷ Maître Eck­hart. Les pauvres en esprit

Édu­ca­tion au Moyen Âge
De pro­prie­ta­ti­bus rerum, France, XVe s. 


« Heu­reux sont les pauvres en esprit
car le royaume des cieux est à eux. » (Mt 5, 3)

La béa­ti­tude ouvrit sa bouche de sagesse et dit : « Heu­reux sont les pauvres en esprit car le royaume des cieux est à eux. » Tous les anges et tous les saints et tout ce qui naquit jamais doit faire silence quand parle la sagesse du Père car toute la sagesse des anges et de toutes les créa­tures est une pure folie devant la sagesse inson­dable de Dieu. Celle-ci a dit que les pauvres sont heureux.

Il est deux sortes de pau­vre­té : une pau­vre­té exté­rieure, elle est bonne et il faut hau­te­ment la louer chez l’homme qui la pra­tique volon­tai­re­ment pour l’a­mour de Notre-Sei­gneur Jésus Christ, car lui-même l’a pra­ti­quée sur terre. De cette pau­vre­té je ne veux pas par­ler davan­tage main­te­nant, mais il existe encore une autre pau­vre­té, une pau­vre­té inté­rieure, celle qu’il faut entendre par la parole de Notre-Sei­gneur quand il dit : « Heu­reux sont les pauvres en esprit. » Je vous prie d’être ain­si pour que vous com­pre­niez ce dis­cours. Car je vous dis, dans l’é­ter­nelle véri­té : si vous n’êtes pas conforme à cette véri­té dont nous vou­lons main­te­nant par­ler, vous ne pou­vez pas me comprendre.

Cer­taines per­sonnes m’ont deman­dé ce qu’est la pau­vre­té en elle-même et ce qu’est un homme pauvre. Nous vou­lons y répondre.

Est un homme pauvre celui qui ne veut rien, et qui ne sait rien, et qui n’a rien. […]

Si on me deman­dait ce qu’est un homme pauvre, qui ne veut rien, je répon­drais : tout le temps que l’homme est tel que c’est sa volon­té de vou­loir accom­plir la toute chère volon­té de Dieu — cet homme n’a pas la pau­vre­té dont nous vou­lons par­ler, car cet homme a une volon­té par laquelle il veut satis­faire à la volon­té de Dieu et ce n’est pas la vraie pau­vre­té. Car si l’homme doit être véri­ta­ble­ment pauvre, il doit être aus­si dépris de sa volon­té créée qu’il l’é­tait quand il n’é­tait pas. Car je vous dis par l’é­ter­nelle véri­té : tout le temps que vous avez la volon­té d’ac­com­plir la volon­té de Dieu et que vous avez le désir de l’é­ter­ni­té et de Dieu, vous n’êtes pas pauvres, car seul est un homme pauvre celui qui ne veut rien et qui ne désire rien.

Est un homme pauvre celui qui ne veut rien, et qui ne sait rien, et qui n’a rien.

Maître Eck­hart (1260 - 1328), Ser­mon 52, extraits
> Bio­gra­phie