Avoir en tout temps l’es­prit juste et raisonnable

Fran­çois de Sales et Jeanne de Chan­tal
Mé­daille, XIXe s.

Il faut avoir l’es­prit juste et rai­son­nable,
et au temps de la ré­créa­tion,
ai­mer la ré­créa­tion,
et pa­reille­ment ai­mer la lec­ture, le tra­vail
aux heures qui y sont des­ti­nées,
et le si­lence
lors­qu’il est don­né par la règle et l’obéissance.

Ain­si, nous pour­rons dire avec le pro­phète :
Je bé­ni­rai le Sei­gneur en tout temps,
et sa louange se­ra tou­jours en ma bouche.

Ce n’est pas as­sez de vou­loir ce que Dieu veut,
il faut le vou­loir en la ma­nière qu’il veut
et se­lon les circonstances.

Il faut non seule­ment vou­loir faire la vo­lon­té de Dieu,
mais il faut le faire gaiement.

Si je n’é­tais pas évêque,
peut-être que, sa­chant ce que je sais,
je ne le vou­drais pas être.
Mais l’é­tant, non seule­ment je suis obli­gé de faire
ce que cette pé­nible vo­ca­tion re­quiert,
mais je dois le faire joyeu­se­ment,
et dois me plaire en ce­la et m’y agréer.

Ne dé­si­rez point de n’être pas ce que vous êtes,
mais dé­si­rez d’être fort bien ce que vous êtes.

A quoi sert de bâ­tir des châ­teaux en Es­pagne
puis­qu’il vous faut ha­bi­ter la France.

Fran­çois de Sales (1567-1622)