Couche d’ozone fil­trant cer­tains rayons UV nocifs

> Sciences et Avenir

La vie sur Terre est pro­té­gée par la couche d’ozone qui agit comme un filtre contre cer­tains rayons UV no­cifs du so­leil. Aus­si, lorsque dans les an­nées 1980, un trou dans la couche d’ozone est dé­cou­vert, la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale ré­agit im­mé­dia­te­ment. Le 16 sep­tembre 1987, le pro­to­cole de Mont­réal in­ter­dit la pro­duc­tion de cer­tains gaz, très uti­li­sés dans la fa­bri­ca­tion de nom­breux ob­jets du quo­ti­dien, qui dé­truisent l’ozone. 35 ans plus tard, les concen­tra­tions at­mo­sphé­riques de ces gaz sont en baisse et le trou ne s’agrandit plus. Le pro­to­cole s’avère être une réus­site pour la sau­ve­garde de la couche d’ozone et pour le cli­mat puisque les gaz in­ter­dits sont de puis­sants gaz à ef­fet de serre. Pour al­ler en­core plus loin, le pro­to­cole a ré­cem­ment été amen­dé afin d’éliminer cer­tains gaz de rem­pla­ce­ments ayant aus­si un puis­sant ef­fet de serre.