▷ A l’af­fiche. Si­ri­ri, le car­di­nal et l’imam

> Ci­ne­man

Ban­gui, ca­pi­tale de la Ré­pu­blique de Cen­tra­frique, le car­di­nal Dieu­don­né Nza­pa­lain­ga prêche la pa­role sainte. Mais pas seule­ment. De­puis cinq ans, les re­belles ins­tru­men­ta­lisent la re­li­gion et poussent chré­tiens et mu­sul­mans à s’en­tre­tuer. Des chefs de guerre contrôlent la qua­si-to­ta­li­té du ter­ri­toire et ses res­sources. à tra­vers la brousse ou la fo­rêt, avec son équipe, le car­di­nal re­monte les pistes au vo­lant de son 4×4, tra­verse des ri­vières et des bar­rages. Sans au­cune dis­cri­mi­na­tion confes­sion­nelle, il écoute le peuple et re­cueille les té­moi­gnages. Il ré­con­forte les cœurs bri­sés, tente d’a­pai­ser la co­lère et de ra­me­ner à la rai­son les hommes en armes. In­las­sa­ble­ment et d’une même voix avec l’i­mam Ko­bine La­maya, le car­di­nal im­plore le peuple à ne pas tom­ber dans le piège ha­bi­tuel, à ne pas suc­com­ber à l’u­sure de ce sce­na­rio ré­pé­ti­tif. Leurs seules armes sont la foi, le bon sens et un mes­sage fort : « nous sommes tous frères et sœurs, tous Centrafricains »