Sue Stuart-Smith. L’é­qui­libre du jardinier


Re­nouer avec la na­ture dans le monde mo­derne
> Al­bin Michel

Qui soigne son jar­din soigne son âme : s’occuper ne se­rait-ce que de quelques fleurs à sa fe­nêtre aide à se re­con­nec­ter à soi et aux autres. Vol­taire ne di­sait-il pas qu’il « faut culti­ver notre jar­din » ? Grâce au jar­di­nage, les pri­son­niers ré­ci­divent moins, les ados à risques re­trouvent des re­pères, les per­sonnes souf­frant de syn­drome post-trau­ma­tique gagnent une forme d’apaisement, les per­sonnes âgées une meilleure forme phy­sique et mo­rale… et tout le monde y trouve son équilibre.

Sue Stuart-Smith, psy­chiatre, psy­cha­na­lyste, en­seigne à la Ta­vi­stock Cli­nic de Londres. Avec son ma­ri, Tom Stuart-Smith, pay­sa­giste an­glais, ils ont créé le ma­gni­fique Barn Gar­den, dans le Herfordshire.