▷ La taille de l’u­ni­vers dé­passe l’entendement


Oli­vier Mes­siaen (1908-​1992), Le ban­quet cé­leste, ex­trait
Oli­vier La­try, Orgue Aris­tide Cavaillé-​Coll, Notre-​Dame de Paris 


De droite à gauche dé­filent les ob­jets as­tro­no­miques, par ordre crois­sant de taille. On com­mence par la Lune, pour mieux mon­trer qu’il y a en­core plus « pe­tit » : Plu­ton et Cé­rès (pla­nète naine si­tuée dans la cein­ture d’astéroïdes).

Viennent en­suite Mer­cure puis autres pla­nètes de notre sys­tème. Le dé­fi­lé est tou­te­fois en­tre­cou­pé, d’a­bord entre la Terre et Nep­tune, par la plus grosse exo­pla­nète tel­lu­rique connue, puis, entre Sa­turne et Ju­pi­ter par une naine rouge. C’est en­suite au tour des astres : le So­leil, les géantes orange, rouges, bleues… jus­qu’à l’­hy­per­géante rouge UY Scu­ti (2,5 mil­liards de km de large) qui dé­trône l’autre hy­per­géante rouge VY Ca­nis Ma­jo­ris (seule­ment 2 mil­liards de km de large) qui ter­mi­nait la pré­cé­dente vi­déo. Pour rap­pel, le So­leil fait un peu plus de 1,4 mil­lion de km de large et la Terre 13.000 (pe­tits) km.

Notre ga­laxie n’est qu’une par­mi d’autres dans le « su­per­clus­ter » ou « su­per­a­mas de la Vierge » qui en compte 10.000, qui lui-​même, n’est qu’une in­fime par­tie du cos­mos. Et d’ailleurs n’existe-​t-​il qu’un seul univers ?