▷ Pinocchio, le conte qui enchante

> cineman.ch

Matteo Garrone reprend la trame du récit originel et l’on (re)découvre les scènes effacées par les studios Disney, celle de la pendaison de la marionnette notamment, abjecte et sublime, à l’image de la noyade. Aussi les aficionados retrouveront les entrailles de baleine et le fameux marché aux ânes. Il faudra certainement un œil averti pour apprécier l’anthropomorphisme de l’œuvre, et le film souffre presque de ses prouesses techniques. Plus proche d’un enfant à la peau de bois que de ses compatriotes automates, la parabole Pinocchio est parfois trompeuse. Une bagatelle en définitive, Matteo Garrone nous plonge dans le doux-amer d’un monde sans repère et il est normal de s’y perdre. Réalisme et surréalisme s’embrasse allégrement et Pinocchio n’est reste pas moins une fable à la beauté envoûtante.