Un nouveau souffle pour le vent


> CNRS

Si la circulation des vents est connue depuis longtemps, ses interactions avec le système climatique restent en partie méconnues. Grâce aux satellites, les scientifiques prennent désormais de la hauteur pour scruter le vent à toutes les altitudes et en tout point de la planète.

Une dizaine de jours à peine après sa mise en orbite en août 2018, le satellite Aeolus a commencé à envoyer ses premières mesures de vent. Les climatologues et les météorologues les guettaient avec d’autant plus d’impatience que cette mission spatiale, mise en œuvre par l’Agence spatiale européenne, a demandé près de vingt ans de préparation. Aladin, son précieux passager, acronyme d’Atmospheric Laser Doppler Instrument, est en effet un instrument unique au monde qui mesure le déplacement des particules et des molécules dans les différentes couches de l’atmosphère, et ce jusqu’à 30 kilomètres d’altitude – une première !