Les tourbières piègent le CO2 …

Tourbière du Lac de Bellefontaine
Haut-Jura français

… même en cas de sécheresse
> CNRS

Les tourbières représentent seulement 3% de la surface terrestre, mais elles captent à elles seules un tiers du dioxyde de carbone piégé dans les sols. Il est donc capital de préserver ces milieux fragiles pour lutter contre le réchauffement climatique… À condition que celui-ci ne les menace pas.

Pour mieux cerner ce risque, deux Français, dont Vincent Jassey, chercheur du CNRS au Laboratoire d’écologie fonctionnelle et environnement (CNRS / Université Toulouse III – Paul Sabatier / INP Toulouse), ont étudié l’assimilation de carbone par les deux principales variétés de mousse qui composent la tourbière du Forbonnet, à Frasne (Jura).