▷ Jean Langlais (1907-1991). Missa In Simplicitate


Elisabeth Wilke, mezzo-soprano
Michael-Christfried Winkler, orgue

En 1952 paraît la Missa In Simplicitate (Kyrie, Gloria, Credo Sanctus, Benedictus, Agnus Dei) dédiée à la mezzo-soprano Jeannine Collard.

On demeure frappé, dans cette œuvre, par la façon dont le compositeur traduit en musique chacun des mots latins de la messe dont il a de toute évidence une compréhension intime et une approche presque charnelle.

On connaît peu d’exemples, dans l’histoire de la musique, de mes­ses conçues pour une voix et orgue. Le titre In Simplicitate évoque la manière sobre avec laquelle le chant sert sans fioritures les paroles latines traditionnelles. Cette simplicité apparente a pourtant du mal à cacher la fougue oratoire qui jaillit à partir du recitar cantando, technique de récitatif merveilleusement développée en son temps par Monteverdi dans son Orfeo.

Après un Kyrie, grande supplication sur un thème modal, le Gloria va d’un seul trait sans redite, jusqu’à l’Amen vocalisé dans l’esprit du Jubilus grégorien. Le Credo, point culminant de l’œuvre en intensité et expression, s’achève quant la voix proclame Et vitam venturi saeculi en un grand cri relayé par la plénitude de l’orgue.

Le Sanctus débute par une sorte de méditation douloureuse bien­tôt interrompue par une montée en intensité atteignant sa pleine puissance sur les mots Hosanna in excelsis introduisant un Benedictus recueilli. L’Agnus Dei conclut dans la paix et la douceur, l’idée mélodique du Kyrie, réexposée, affirmant l’unité de l’ensemble.

D’après Marie-Louise Langlais