Gé­rard Bre­gnard. Dans l’in­fi­ni du rêve

Né­bu­leuse vue de près (1979)
Col­lec­tion pri­vée, © Fran­zis­ka Riedo

L’ange ton­nerre (1987)
Col­lec­tion pri­vée, © Fran­zis­ka Riedo

Jar­din vo­lant (1988)
Col­lec­tion pri­vée, © Fran­zis­ka Riedo

El Ca­bal­le­ro (1989)
Col­lec­tion pri­vée, © Fran­zis­ka Riedo

Jouer avec des formes am­bi­guës, des cou­leurs sym­bo­liques au­tant qu’avec des titres mi­nu­tieu­se­ment choi­sis semble pour Gé­rard Bre­gnard une dé­lec­ta­tion sans fin.

Son ima­gi­naire pro­digue fait dé­li­rer le pin­ceau en sa main ex­perte. Le be­soin d’invention per­ma­nente de cet es­prit fan­tasque et sa vir­tuo­si­té re­mar­quable dans le do­maine du des­sin ont en­gen­dré un art in­ac­cou­tu­mé, dé­sin­volte, fa­bu­leu­se­ment libre.