Gérard Bregnard. Polyptyque

W. A. Mozart, Laudate Dominum, Vesperae solennes de confessore, KV 339, London Symphony Orchestra and Chorus, dir. Sir Colin Davis

      Gérard Bregnard, Polyptyque, Porrentruy philinfo.wordpress.com

Gérard Bregnard
Polyptyque

Maquette, propriété de l’Abbé Philippe Chèvre
Œuvre réalisée, Chapelle du Lycée-Collège St-Charles, Porrentruy (JU)
> Biographie

    > Détails

   > Détails

Au cours des ans, la manière d’exprimer certaines réalités métaphysiques s’est constamment modifiée.

On ne peut représenter l’Indicible. Tout au plus peut-on le suggérer au moyen de symboles. Si la Renaissance a développé l’apparence humaine de Dieu, le Moyen-Age s’est montré plus respectueux et plus conscient de la hiérarchie marquée par des différences de dimensions et quelquefois de couleur.

J’ai voulu traduire l’idée qu’un homme du XXe siècle peut se faire d’une force intelligente qui préside à la destinée d’un univers dont la prodigieuse complexité se révèle à lui, de plus en plus.

Il me paraît logique de renoncer à une représentation pseudo-objective pour une forme d’expression plus pure et plus apte à signifier par analogie des faits et des événements d’un ordre plus métaphysique. Toute ma peinture tend à exprimer le sacré.

Ayant eu à l’esprit un thème à développer, j’ai dû impérativement me soumettre à la loi d’équilibre. Par ce fait, la forme définitive de l’œuvre m’a d’abord échappé. Dans son élaboration, je me suis comporté comme un musicien composant. J’ai recherché des rapports heureux de rythmes et de couleurs, une harmonisation.

Gérard Bregnard, juin 1988