Gé­rard Bre­gnard. « Et le dé­sert fleurira »

Po­lyp­tyque fer­mé
Cha­pelle du Ly­cée-Col­lège St-Charles
Por­ren­truy / CH 


> Bio­gra­phie
> Po­lyp­tyque

Temps de l’Avent et du Ca­rême
« Et le dé­sert fleu­ri­ra » Is 35, 1 

Les vo­lets re­pliés du po­lyp­tyque sug­gèrent, pour le temps de Ca­rême et de l’Avent, la val­lée de larmes avec, pour­tant, l’espérance d’une flo­rai­son, dans le mou­ve­ment ver­ti­cal des pan­neaux su­pé­rieurs qui parlent de dépassement.

Les deux ta­bleaux in­fé­rieurs sont des pay­sages un peu tristes dont les formes obéissent au sys­tème ryth­mique uti­li­sé pour l’ensemble de l’œuvre. Leurs ron­deurs sug­gèrent l’organique de la vie ani­male et vé­gé­tale. Leur dy­na­misme, sous l’horizontale qui sym­bo­lise la fonc­tion ma­té­rielle, fait pen­ser à un état de croissance.

Les ta­bleaux su­pé­rieurs re­prennent cet as­pect de crois­sance, le pro­je­tant ver­ti­ca­le­ment – trans­cen­dance et dé­pas­se­ment – à tra­vers flo­rai­sons et rup­tures, par-des­sus la ligne d’horizon, dans l’espace de lu­mière : re­tour à l’énergie cosmique.