Gé­rard Bre­gnard. « II vit que ce­la était très bon »

Gérard Bregnard, Polyptyque, Porrentruy philinfo.wordpress.com

Po­lyp­tyque ou­vert
Cha­pelle du Ly­cée-Col­lège St-Charles
Por­ren­truy / CH 


> Bio­gra­phie
> Po­lyp­tyque

An­non­cia­tion et Na­ti­vi­té
J’ai re­non­cé à re­pré­sen­ter le Christ pour sym­bo­li­ser l’événement.

A droite du Ta­ber­nacle : l’Annonciation. L’ange ou l’aile sug­gère la fonc­tion spi­ri­tuelle. L’Esprit-Saint dé­signe la graine. Le cercle, conte­nant dy­na­mique, sym­bole cos­mique de re­nou­vel­le­ment et de conti­nui­té, exis­ten­tiel par le rouge, contient le bleu, fonc­tion spi­ri­tuelle. L’Esprit lui est prê­té par l’aile du haut. Les formes du bas ne sont qu’une re­pré­sen­ta­tion ma­cro­sco­pique de la fonc­tion matérielle.

Sur le 2ème pan­neau : la Na­ti­vi­té. Sur un es­pace car­ré (de cris­tal­li­sa­tion) des formes or­ga­niques sug­gèrent la nais­sance. L’énergie cos­mique – le jaune – anime une cris­tal­li­sa­tion ma­té­rielle coif­fée de la fonc­tion spi­ri­tuelle – le bleu – dans un es­pace de pu­re­té – le blanc -.

Cru­ci­fixion et Ré­sur­rec­tion

A gauche du Ta­ber­nacle : la Cru­ci­fixion. La croix noire parle d’écartèlement, la flamme d’une exis­tence qui se consume. La vie or­ga­nique doit se consu­mer pour re­joindre l’énergie – le jaune – et l’intelligence cos­mique – le bleu -.

Sur le der­nier pan­neau : la Ré­sur­rec­tion. D’un ca­veau sort une co­rolle mar­quée de rouge – la vie or­ga­nique, l’existence – qui monte dans la lu­mière. L’individu, le par­ti­cu­lier est une graine qui s’accomplit dans la su­bli­ma­tion. A tra­vers sa des­truc­tion – le rec­tangle noir – cette graine re­joint l’énergie pre­mière et une exis­tence re­nou­ve­lée – le rouge -.

Créa­tion
«Et il vit que ce­la était très bon » Gn 1, 31 

Mes sym­boles peuvent se lire en re­la­tion avec l’ordre na­tu­rel. l’horizontale, l’ocre, la terre sym­bo­lisent la fonc­tion ma­té­rielle ; la ver­ti­cale, le bleu, le ciel, l’oiseau ou l’aile parlent de fonc­tion spi­ri­tuelle ; le rouge, le sang, la ma­tière en fu­sion sym­bo­lisent la fonc­tion or­ga­nique, l’existence, au contraire du vert, qui sug­gère l’essence.

La fleur, centre de re­nou­vel­le­ment et de conti­nui­té m’a pa­ru propre à ex­pri­mer le lieu de la Créa­tion. Sur le pan­neau cen­tral du po­lyp­tyque ou­vert, une ma­nière de flo­rai­son dy­na­mique se dé­ploie dans un es­pace re­la­ti­ve­ment sta­tique de cris­tal­li­sa­tion, es­pace exis­ten­tiel sym­bo­li­sé par le rouge qui re­çoit son éner­gie (le jaune) d’un conte­nant dy­na­mique (le cercle) in­ves­ti de la spi­ri­tua­li­té (le bleu).

Nos fa­cul­tés de per­cep­tion li­mi­tées re­la­ti­visent toutes ten­ta­tives d’approche de la réa­li­té et condi­tionnent nos moyens d’expression. Tout ce qui s’offre à notre contem­pla­tion est pris dans un phé­no­mène dy­na­mique qui n’apparaît pas à nos yeux.

J’ai em­ployé le terme de cris­tal­li­sa­tion parce que le cris­tal, tout en pa­rais­sant so­lide et stable, porte dans sa forme su­per­fi­cielle, l’image sché­ma­tique du pro­ces­sus de crois­sance et de struc­tu­ra­tion qui l’a réalisé.

Le grand rec­tangle rouge cer­né de noir pour­rait nous dire l’exaltation et la souf­france d’un corps fi­gé dans son en­ve­loppe or­ga­nique, pro­mis dé­jà à la des­truc­tion, agi­té et as­pi­ré à la fois par la lu­mière d’en haut.

Ange et diable

A droite du Ta­ber­nacle, le prin­cipe po­si­tif : l’ange.
A gauche du Ta­ber­nacle, le prin­cipe né­ga­tif : le diable.
Ils ont gar­dé de la re­pré­sen­ta­tion tra­di­tion­nelle cer­tains at­tri­buts comme les ailes et les cornes.