Dirk Bouts. Retable du Saint Sacrement

Louis-Nicolas Clérambault (1676-1749), Panis angelicus pour 3 voix d’hommes et flûte
Ensemble Sébastien de Brossard, dir. Fabien Armengaud

Dirk Bouts (~1420-1475)
Retable du Saint Sacrement (1464 et 1467)
Collégiale St-Pierre, Louvain

La Cène du Seigneur
Au centre

Lc 22, 17-19
17 Alors, ayant reçu une coupe et rendu grâce, il dit : « Prenez ceci et partagez entre vous. 18 Car je vous le déclare : désormais, jamais plus je ne boirai du fruit de la vigne jusqu’à ce que le royaume de Dieu soit venu. » 19 Puis, ayant pris du pain et rendu grâce, il le rompit et le leur donna, en disant : « Ceci est mon corps, donné pour vous. Faites cela en mémoire de moi. »

________________________

La Cène se déroule dans un intérieur bourgeois de Belgique. Elle est un moment de l’histoire de Jésus mais c’est aussi ici et maintenant, en Belgique au XV e siècle. L’artiste situe l’événement ans son temps. On est loin des Primitifs italiens avec les madones figées dans un cadre intemporel.

Les disciples sont des hommes pleinement hommes : certains ne semblent pas attentifs voire discutent entre eux comme de mauvais paroissiens à la messe. Certains semblent regarder ailleurs. Ceux qui entourent Jésus sont au contraire attentifs et pénétrés de l’importance de l’évènement. C’est la pâte humaine et le peintre veut nous inviter à faire cette réflexion.

La construction du tableau est, elle, remarquable avec un travail sur la perspective étonnant. Ces lignes géométriques nous conduisent progressivement au Christ qui s’impose : on dirait qu’il est plus grand que les autres personnages, son regard, le geste de sa main droite (bénédiction) et l’autre main qui prend le pain nous font rentrer dans le mystère de ce moment.

Le peintre se serait représenté à l’extrême droite.
Remarquez le Moise sculpté au-dessus de la porte qui assiste à la Cène.


Les quatre autres panneaux représentent des moments du Premier Testament. Ils sont une réflexion théologique qui préfigure l’Eucharistie. On remarque que l’image du chemin est constamment présente dans chacune de ces scènes.

La rencontre d’Abraham et de Melchisédech
En haut à droite

Gn 14, 18-20
18 Melkisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin : il était prêtre du Dieu très-haut. 19 Il le bénit en disant : « Béni soit Abram par le Dieu très-haut, qui a créé le ciel et la terre; 20 et béni soit le Dieu très-haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains. »


La Pâque juive
En bas à droite

Ex 12, 1-3. 11
1 Dans le pays d’Égypte, le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron : 2 « Ce mois-ci sera pour vous le premier des mois, il marquera pour vous le commencement de l’année. 3 Parlez ainsi à toute la communauté d’Israël : le dix de ce mois, que l’on prenne un agneau par famille, un agneau par maison.11 Vous mangerez ainsi : la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main. Vous mangerez en toute hâte : c’est la Pâque du Seigneur. »


La Manne tombée du ciel
En haut à gauche

Ex 16, 2-4
2 Dans le désert, toute la communauté des fils d’Israël récriminait contre Moïse et Aaron. 3 Les fils d’Israël leur dirent : « Ah ! Il aurait mieux valu mourir de la main du Seigneur, au pays d’Égypte, quand nous étions assis près des marmites de viande, quand nous mangions du pain à satiété ! Vous nous avez fait sortir dans ce désert pour faire mourir de faim tout ce peuple assemblé ! » 4 Le Seigneur dit à Moïse : « Voici que, du ciel, je vais faire pleuvoir du pain pour vous. »


Élie au désert
En bas à gauche

1R 19, 1-7. 11-13. 15-16
1 Le roi Acab avait rapporté à Jézabel comment le prophète Élie avait réagi et comment il avait fait égorger tous les prophètes de Baal. 2 Alors Jézabel envoya un messager dire à Élie : « Que les dieux amènent le malheur sur moi, et pire encore, si demain, à cette heure même, je ne t’inflige pas le même sort que tu as infligé à ces prophètes. »

3 Devant cette menace, Élie se hâta de partir pour sauver sa vie. Arrivé à Bershéba, au royaume de Juda, il y laissa son serviteur. 4 Quant à lui, il marcha toute une journée dans le désert. Il vint s’asseoir à l’ombre d’un buisson, et demanda la mort en disant : « Maintenant, Seigneur, c’en est trop ! Reprends ma vie : je ne vaux pas mieux que mes pères. » 5 Puis il s’étendit sous le buisson, et s’endormit. Mais voici qu’un ange le toucha et lui dit : « Lève-toi, et mange ! » 6 Il regarda, et il y avait près de sa tête une galette cuite sur des pierres brûlantes et une cruche d’eau. Il mangea, il but, et se rendormit.

7 Une seconde fois, l’ange du Seigneur le toucha et lui dit : « Lève-toi, et mange, car il est long, le chemin qui te reste. » 8 Élie se leva, mangea et but. Puis, fortifié par cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits jusqu’à l’Horeb, la montagne de Dieu.

11 Le Seigneur dit : « Sors et tiens-toi sur la montagne devant le Seigneur, car il va passer. » À l’approche du Seigneur, il y eut un ouragan, si fort et si violent qu’il fendait les montagnes et brisait les rochers, mais le Seigneur n’était pas dans l’ouragan; et après l’ouragan, il y eut un tremblement de terre, mais le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre; 12 et après ce tremblement de terre, un feu, mais le Seigneur n’était pas dans ce feu; et après ce feu, le murmure d’une brise légère.13 Aussitôt qu’il l’entendit, Élie se couvrit le visage avec son manteau, il sortit et se tint à l’entrée de la caverne. Alors il entendit une voix qui disait : « Que fais-tu là, Élie ? » 15 Le Seigneur lui dit : « Repars vers Damas, par le chemin du désert. Arrivé là, tu consacreras par l’onction Hazaël comme roi de Syrie; 16 puis tu consacreras Jéhu, fils de Namsi, comme roi d’Israël; et tu consacreras Élisée, fils de Shafath, d’Abel-Mehola, comme prophète pour te succéder.

________________________

Dieric Bouts a peint deux instants de la vie du prophète solitaire. (1R 19, 1-16) Élie, épuisé désespéré est étendu au milieu du sentier, son bâton à terre est posé à l’horizontal parfaite; tandis qu’un ange vient se pencher vers lui pour lui indiquer du pain et de l’eau. Ces ailes magnifiques indiquent la direction à suivre : plus haut, la montagne, le Ciel.

Et au lointain, on voit le prophète fermement en chemin entre les rochers, vers le mont Horeb. C’est là qu’il eu sa fameuse révélation : Dieu se manifeste dans le bruit d’une brise légère.