Marc Chagall. Abraham et les trois anges

Olivier Messiaen, O sacrum convivium, Choeur de Saint-John, Cambridge
George Guest, direction

Marc Chagall (1887-1985)
Abraham et les trois anges (1940-1950)
Collection privée


Gn 18, 1-11
Le Seigneur apparut à Abraham aux chênes de Mambré alors qu’il était assis à l’entrée de la tente dans la pleine chaleur du jour. Il leva les yeux et aperçut trois hommes debout près de lui. A leur vue il courut de l’entrée de la tente à leur rencontre, se prosterna à terre et dit : « Mon Seigneur, si j’ai pu trouver grâce à tes yeux, veuille ne pas passer loin de ton serviteur. Qu’on apporte un peu d’eau pour vous laver les pieds, et reposez-vous sous cet arbre. Je vais apporter un morceau de pain pour vous réconforter avant que vous alliez plus loin, puisque vous êtes passés près de votre serviteur. » Ils répondirent : « Fais comme tu l’as dit. »

Abraham se hâta vers la tente pour dire à Sara : « Vite ! Pétris trois mesures de fleur de farine et fais des galettes ! » et il courut au troupeau en prendre un veau bien tendre. Il le donna au garçon qui se hâta de l’apprêter. Il prit du caillé, du lait et le veau préparé qu’il plaça devant eux; il se tenait sous l’arbre, debout près d’eux. Ils mangèrent et lui dirent : « Où est Sara ta femme ? » Il répondit : « Là, dans la tente. » Le Seigneur reprit : « Je dois revenir au temps du renouveau et voici que Sara ta femme aura un fils. » Or Sara écoutait à l’entrée de la tente, derrière lui. Abraham et Sara étaient vieux, avancés en âge, et Sara avait cessé d’avoir ce qu’ont les femmes.


C’est en 1948 que Chagall met fin à son exil américain pour retourner vivre à Paris. Il reprend dès lors son travail sur la Bible, pour s’y consacrer pleinement à partir de son installation à Vence en 1950. Au cours de cette période, il participe au renouveau de l’art sacré aux côtés d’artistes tels qu’Henri Matisse, Fernand Léger et Jacques Lipchitz pour le décor de l’église Notre-Dame-de-Toute-Grâce du plateau d’Assy (consacrée en 1950). Dans une tentative de réconcilier l’humanité, dont les fondements avaient été ébranlés par la Shoah, Marc Chagall opère une recherche de renouveau spirituel par l’art sacré. C’est à ce moment là qu’il débute un cycle d’œuvres bibliques, projetant d’investir la chapelle désaffectée du Calvaire, à Vence. Avant de réaliser les dix-sept toiles qui formeront la série du Message biblique (projet élaboré de 1954 à 1966), Chagall effectue un voyage en Israël, en 1951, vingt ans après son premier voyage sur les mêmes terres. Ce voyage est suivi par de grands tableaux indépendants les uns des autres, dont l’iconographie et la composition annoncent ceux à venir et sont inspirés des eaux-fortes pour la Bible. Le tableau Abraham et les trois anges garde la même composition que la planche 7 de la Bible, car il est peint d’après la gouache préparatoire qui servit de point de départ à la gravure. Cette œuvre ne se limite néanmoins pas à la simple illustration de l’hospitalité d’Abraham puisque, par l’ajout d’éléments antérieurs à la scène, Chagall évoque la relation qui va lier Abraham et Dieu : l’artiste propose dès lors au spectateur une réflexion plus globale.

  

Cette visite se déroule peu de temps après la circoncision d’Abraham : il est donc convalescent. La tâche verte sur son visage peut ainsi exprimer son état, puisqu’en yiddish l’expression « vert et jaune » signifie que la personne est malade. Dans le judaïsme, le commandement de rendre visite aux personnes malades (bikour holim) est primordial. L’attitude humble d’Abraham exprime l’acceptation de la volonté divine. Abraham était un homme connu pour son hospitalité. Le commandement de l’hospitalité (Hakhnassat orehim) est très important dans la tradition juive.

Derrière le juif errant se tient un pogrom. Scène indicative à la fois de la naissance d’Isaac et de son sacrifice.

D’après le Talmud (Baba Metzia 86b), les anges Mickaël, Raphaël et Gabriel ont pris une forme humaine pour accomplir chacun une mission. Mickaël vient pour annoncer la bonne nouvelle à Sarah, Raphaël pour aider Abraham à cicatriser de sa circoncision, et Gabriel pour détruire Sodome et Gomorrhe.