Girolamo Forabosco. Diogène buvant

J. S. Bach (1685-1750), L’Art de la Fugue BWV 1080, ctp I, Academy Of St Martin In The Fields, dir. Neville Marriner

Girolamo Forabosco (1604-1679)
Diogène buvant (~1634-1639)
Musée Fesch, Ajaccio

Le tableau de Girolamo Forabosco (1604-1679) Diogène jetant son écuelle pour boire dans le creux de sa main, évoque un épisode de la vie de Diogène le cynique rapporté par Diogène Laërce :
« Voyant un jour un petit garçon qui buvait dans sa main, il prit l’écuelle qu’il avait dans sa besace, et la jeta en disant : Je suis battu, cet enfant vit plus simplement que moi ! »
Diogène Laërce, Vie, Doctrines & Sentences des philosophes illustres, Livre VI

Est-ce donc si difficile d’être heureux ? Pour y parvenir, faut-il engager de très nombreux moyens ? Et si le bonheur était, à l’image du dépouillement évoqué par la vie du philosophe grec, la simplicité même ?