Sixtine. Sandro Botticelli. La tentation de Jésus

Gregorio Allegri (1582-1652), Miserere, Choir of New College, Oxford, dir. Edward Higginbottom

Sandro Botticelli (1445-1510)
La tentation de Jésus, Fresque (1482)
Mur nord de la Chapelle Sixtine

Matthieu 4, 1-11
1 Alors Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le diable. 2 Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. 3 Le tentateur s’approcha et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. » 4 Mais Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. »

5 Alors le diable l’emmène à la Ville sainte, le place au sommet du Temple 6 et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas; car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » 7 Jésus lui déclara : « Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. »

8 Le diable l’emmène encore sur une très haute montagne et lui montre tous les royaumes du monde et leur gloire. 9 Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si, tombant à mes pieds, tu te prosternes devant moi. » 10 Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! car il est écrit : C’est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, à lui seul tu rendras un culte. » 11 Alors le diable le quitte. Et voici que des anges s’approchèrent, et ils le servaient.


Botticelli présente le thème essentiel du tableau, la tentation de Jésus, dans les trois scènes de l’arrière-plan. Jésus n’apparaît pas du tout au premier plan.

botticellitentation4

La narration commence en haut à gauche, non pas dans un désert mais dans une sombre forêt. Le diable s’est enveloppé dans une robe de moine, ou dans un vêtement de pèlerin, d’où sortent ses ailes de chauve-souris et ses pattes de gallinacé. Un bâton de pèlerin et un chapelet à la main il s’approche de Jésus et lui montre les pierres qu’il lui demande de changer en pains.

botticellitentation3

Ne pouvant convaincre Jésus de le faire, il l’entraîne sur le pinacle du temple de Jérusalem et lui demande de se jeter dans le vide pour que les anges de Dieu viennent le sauver. Pour représenter le temple de Jérusalem Botticelli a utilisé la façade de l’hôpital San Spirito, une fondation du pape Sixte IV dont la construction vient d’être achevée en 1482, année où la fresque fut exécutée.

botticellitentation1

Dans la troisième scène Jésus chasse le diable après que celui-ci lui a commandé de s’agenouiller devant lui et de l’adorer. Déconfit l’esprit du mal s’enfuit en dévoilant sa vraie forme et semble tout prêt à se heurter à un chêne, emblème héraldique de la famille de la Rovere.

Derrière Jésus trois anges dressent la table pour lui. Il est dit dans l’Évangile : « Ils vinrent pour le servir. » Au second plan les anges conduisent Jésus ver l’entrée du Temple et l’autel des sacrifices encore fumant. L’un d’eux tient un lis blanc. Cette fleur blanche symbolise l’innocence de Jésus qui l’a emporté sur le démon et qui sera l’Agneau du sacrifice.

botticellitentation7

La représentation du sacrifice qui occupe le premier plan dans toute sa largeur est inhabituelle tant par son importance au regard des scènes tirées de l’Évangile que par son contenu.

Au centre devant l’autel où brûle le feu un servant apporte au grand-prêtre une coupe emplie du sang du sacrifice.

botticellitentation14

botticellitentation13

A gauche et à droite de ce sacrifice se tiennent de nombreux personnages dont les vêtements sont ceux de contemporains des peintres et du pape Sixte IV.

Cette scène met en relation la relation divine de la fonction sacerdotale depuis Aaron et le caractère sacerdotal de la mission du Christ, son obéissance à Dieu et sa passion. Le grand-prêtre pourrait être une représentation de Melchisédech.