Sixtine. Cosimo Rosselli. La Cène

Thomas Tallis, O sacrum convivium, Oxford Camerata, dir. Jeremy Summerly

Cosimo Rosselli (1439-1507)
La Cène, fresque (~1481)
Mur nord de la Chapelle Sixtine

Marc 14, 17-50
17 Le soir venu, Jésus arrive avec les Douze. 18 Pendant qu’ils étaient à table et mangeaient, Jésus déclara : « Amen, je vous le dis : l’un de vous, qui mange avec moi, va me livrer. » 19 Ils devinrent tout tristes et, l’un après l’autre, ils lui demandaient : « Serait-ce moi ? » 20 Il leur dit : « C’est l’un des Douze, celui qui est en train de se servir avec moi dans le plat. 21 Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet; mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! »

22 Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit, le leur donna, et dit : « Prenez, ceci est mon corps. » 23 Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, et ils en burent tous. 24 Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude. 25 Amen, je vous le dis : je ne boirai plus du fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, dans le royaume de Dieu. »

26 Après avoir chanté les psaumes, ils partirent pour le mont des Oliviers. 27 Jésus leur dit : « Vous allez tous être exposés à tomber, car il est écrit : Je frapperai le berger, et les brebis seront dispersées. 28 Mais, une fois ressuscité, je vous précéderai en Galilée. » 29 Pierre lui dit alors : « Même si tous viennent à tomber, moi, je ne tomberai pas. » 30 Jésus lui répond : « Amen, je te le dis : toi, aujourd’hui, cette nuit même, avant que le coq chante deux fois, tu m’auras renié trois fois. » 31 Mais lui reprenait de plus belle : « Même si je dois mourir avec toi, je ne te renierai pas. » Et tous en disaient autant. 32 Ils parviennent à un domaine appelé Gethsémani. Jésus dit à ses disciples : « Asseyez-vous ici, pendant que je vais prier. » 33 Puis il emmène avec lui Pierre, Jacques et Jean, et commence à ressentir frayeur et angoisse. 34 Il leur dit : « Mon âme est triste à mourir. Restez ici et veillez. » 35 Allant un peu plus loin, il tombait à terre et priait pour que, s’il était possible, cette heure s’éloigne de lui. 36 Il disait : « Abba… Père, tout est possible pour toi. Éloigne de moi cette coupe. Cependant, non pas ce que moi, je veux, mais ce que toi, tu veux ! » 37 Puis il revient et trouve les disciples endormis. Il dit à Pierre : « Simon, tu dors ! Tu n’as pas eu la force de veiller seulement une heure ? 38 Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation; l’esprit est ardent, mais la chair est faible. »

39 De nouveau, il s’éloigna et pria, en répétant les mêmes paroles. 40 Et de nouveau, il vint près des disciples qu’il trouva endormis, car leurs yeux étaient alourdis de sommeil. Et eux ne savaient que lui répondre.

41 Une troisième fois, il revient et leur dit : « Désormais, vous pouvez dormir et vous reposer. C’est fait; l’heure est venue : voici que le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs. 42 Levez-vous ! Allons ! Voici qu’il est proche, celui qui me livre. »

43 Jésus parlait encore quand Judas, l’un des Douze, arriva et avec lui une foule armée d’épées et de bâtons, envoyée par les grands prêtres, les scribes et les anciens. 44 Or, celui qui le livrait leur avait donné un signe convenu : « Celui que j’embrasserai, c’est lui : arrêtez-le, et emmenez-le sous bonne garde. » 45 À peine arrivé, Judas, s’approchant de Jésus, lui dit : « Rabbi ! » Et il l’embrassa. 46 Les autres mirent la main sur lui et l’arrêtèrent. 47 Or un de ceux qui étaient là tira son épée, frappa le serviteur du grand prêtre et lui trancha l’oreille. 48 Alors Jésus leur déclara : « Suis-je donc un bandit, pour que vous soyez venus vous saisir de moi, avec des épées et des bâtons ? 49 Chaque jour, j’étais auprès de vous dans le Temple en train d’enseigner, et vous ne m’avez pas arrêté. Mais c’est pour que les Écritures s’accomplissent. »

50 Les disciples l’abandonnèrent et s’enfuirent tous.


Rosselli et ses collaborateurs ont réalisé l’unique scène d’intérieur de toutes les fresques. L’artiste souligne la spatialité de la scène en y pénétrant graduellement.

rossellicene9

rossellicene10

Quatre hommes au premier plan, deux à gauche et deux à droite, en vêtement du XVème siècle et dont les visages sont sans doute des portraits. Le petit chien de Rosselli vient à leur rencontre dressé sur ses pattes de derrière. Ces hommes sont témoins du dernier repas que Jésus partage avec ses disciples à Jérusalem.

rossellicene1

A l’exception de Judas ils ont tous pris place du même côté de la table en demi-cercle. Judas est assis au centre en face de Jésus. Le Messie est sur le point de lui donner une bouchée de pain, signifiant ainsi qu’il sait que Judas va le trahir. Satan sous la forme d’un animal debout avec des ailes de chauve-souris, attend dans le dos de Judas pour entrer en lui dès qu’il aura reçu le pain comme il est dit dans l’Évangile.
Par les trois échappées ouvertes entre les piliers à l’antique, au-dessus de la banquette, le regard est attiré vers l’extérieur où se dévoile la suite des évènements.

rossellicene2

rossellicene3

Cosimo Rosseli La Cène

Cosimo Rosseli La Cène

rossellicene6

rossellicene7

rossellicene8

rossellicene11

Dans la fenêtre de gauche le Christ est en prière. L’ange lui apporte le calice de la Passion et les trois apôtres, Jacques le Majeur, Pierre et Jean sont endormis dans le jardin de Gethsémani.

rossellicene12

rossellicene13

rossellicene14

rossellicene15

Dans la fenêtre centrale Judas donne un baiser au Christ, le livrant à l’armée des sbires.
A droite Pierre essaie de défendre le Christ avec son glaive et tranche une oreille à Malchus, le serviteur du grand-prêtre.

rossellicene16

A droite la crucifixion est représentée avec beaucoup de détails. Jésus est sur la croix du milieu au-dessus de laquelle est fixée l’inscription INRI (Iesus Nazareus Rex Iudeorum). A sa droite le bon larron porte déjà quelques rayons d’une auréole, signe de son admission au Paradis. Le mauvais larron se tord sur la troisième croix.
Au centre l’apôtre Jean soutient Marie, la mère de Jésus, qui a perdu connaissance.

rossellicene17

rossellicene18