Vincent van Gogh. Troncs et racines

Na­dia Bou­lan­ger (1887-1979), Pièces pour vio­lon­celle et pia­no
Ro­land Pi­doux, vio­lon­celle, Emile Naou­moff, piano 

Vincent van Gogh (1853-1890)
Troncs et ra­cines (1890)
Mu­sée van Gogh, Amsterdam 


Les Ra­cines re­pré­sentent quelques ra­cines d’arbres dans un sol sa­blon­neux. J’ai es­sayé d’ex­pri­mer la même idée dans le pay­sage que dans la fi­gure [Sor­row, une étude de nu re­pré­sen­tant sa com­pagne d’a­lors]. L’i­dée de s’en­ra­ci­ner convul­si­ve­ment, pas­sion­né­ment dans la terre et de se trou­ver néan­moins ar­ra­ché en par­tie par les tem­pêtes. J’ai vou­lu ex­pri­mer un re­flet de la lutte pour la vie, tant dans cette blanche et svelte fi­gure de femme que dans ces noires et re­vêches ra­cines noueuses … J’ai es­sayé de res­ter fi­dèle à la na­ture qui s’of­frait à mon re­gard, sans philosopher.

Lettre de Vincent van Gogh