Hannah Arendt. La fragilité des affaires humaines


La fabrication est entourée par le monde, elle est constamment en contact avec lui : l’action et la parole sont entourées par le réseau des actes et du langage d’autrui, et constamment en contact avec ce réseau. La croyance populaire en l’ « homme fort » qui, seul contre tous, doit sa force à sa solitude, est ou bien une simple superstition fondée sur l’illusion que l’on peut «faire» quelque chose dans le domaine des affaires humaines («faire» des lois par exemple, comme on fait des tables et des chaises, ou rendre les hommes « meilleurs » ou « pires »), ou bien un découragement conscient de toute action, politique ou non, uni à l’espoir utopique qu’il est possible de traiter les hommes comme des « matériaux ». La force dont l’individu a besoin pour tout processus de production, que cette force soit intellectuelle ou purement physique, devient parfaitement inutile lorsqu’il s’agit d’action. L’Histoire est pleine d’exemples de l’impuissance de l’homme fort, de l’homme supérieur incapable de mobiliser la collaboration, la coaction de ses semblables. De son échec, on accuse souvent la fatale infériorité du grand nombre et le ressentiment qu’inspire aux médiocres toute personnalité éminente. Mais si juste que soient ces observations, elles ne touchent pas au fond du problème.

Pour bien voir ce qui est en jeu on peut se rappeler que le grec et le latin, à la différence des langues modernes, ont deux mots distincts, encore qu’apparentés, pour le verbe « agir ». Aux deux verbes grecs archein (« commencer », « guider » et enfin « commander ») et prattein (« traverser », « aller jusqu’au bout », « achever ») correspondent au latin agere (« mettre en mouvement », « mener ») et gerere (dont le premier sens est « porter »). On dirait que chaque action était divisée en deux parties, le commencement fait par une personne seule et l’achèvement auquel plusieurs peuvent participer en « portant », en « terminant » l’entreprise, en allant jusqu’au bout. Non seulement les mots sont semblablement apparentés, l’histoire de leur emploi est également analogue. Dans les deux cas, le mot qui à l’origine désignait seulement la seconde partie de l’action, l’achèvement – prattein et gerere – devint le mot courant pour l’action en général, tandis que les mots désignant le commencement de l’action prirent un sens spécial, du moins dans la langue politique. Archein employé spécifiquement en vint à signifier surtout « commander », « mener », et agere « mener » plutôt que « mettre en mouvement ».

Ainsi le rôle de novateur et de guide, primus inter pares (roi parmi des rois dans Homère), se changea en un rôle de souverain; l’interdépendance originelle de l’action, le novateur, le guide dépendant de la collaboration des autres, ses compagnons dépendant de lui pour avoir l’occasion d’agir eux-mêmes se scinda en deux fonctions entièrement distinctes: le commandement qui devint la prérogative du souverain, et l’exécution des ordres qui devint le devoir des sujets. Ce souverain est seul, isolé contre les autres par sa force, comme le guide était isolé aussi par son initiative avant de trouver des compagnons qui le suivissent. Mais la force du guide ne se manifeste que dans l’initiative et le risque, et non dans le succès obtenu. Quant au souverain heureux il peut revendiquer ce qui est en fait la victoire du grand nombre – usurpation que n’aurait jamais permise Agamemnon, qui était roi et non souverain. Par cette revendication, le souverain monopolise, pour ainsi dire, la force de ceux qui l’ont aidé et sans lesquels il n’aurait rien obtenu. Ainsi naît l’illusion d’une force extraordinaire en même temps que la fable de l’homme fort, puissant parce qu’il est seul.

Parce que l’acteur se meut toujours parmi d’autres êtres agissants et par rapport à eux, il n’est jamais simplement agent, mais toujours et en même temps patient. Faire et subir sont comme les deux faces d’une médaille, et l’histoire que commence un acte se compose des faits et des souffrances qui le suivent. Ces conséquences sont infinies, car l’action, bien qu’elle puisse, pour ainsi dire, venir de nulle part, agit dans un médium où toute réaction devient réaction en chaîne et où tout processus est cause de processus nouveaux. L’action agissant sur des êtres qui sont personnellement capables d’actions, la réaction, outre qu’elle est une réponse, est toujours une action nouvelle qui crée à son tour et affecte autrui. Ainsi action et réaction, chez les hommes, ne tournent jamais en milieu fermé et ne sauraient se confiner entre deux partenaires. Cette infinitude ne caractérise pas seulement l’action politique au sens étroit du mot, comme si l’infinitude des relations humaines réciproques n’était que le résultat de la multitude infinie des gens affectés, et que l’on puisse y échapper en se résignant à agir à l’intérieur d’un cadre de circonstances limité et intelligible; l’acte le plus modeste dans les circonstances les plus bornées porte en germe la même infinitude, parce qu’un seul fait, parfois un seul mot, suffit à changer toutes les combinaisons de circonstances.

Hannah Arendt (1906-1975), Condition de l’homme moderne
> Biographie