Éric Delassus. Souffrance et jouissance chez Spinoza

> Souffrance et jouissance

Dans un texte célèbre de la IVe partie de l’Éthique 3, Spinoza critique avec une certaine véhémence les contempteurs du plaisir qui prétendent interdire toute forme de jouissance en se réclamant de la volonté divine qui exigerait de ses créatures qu’elles renoncent aux joies que pourraient leur procurer la création. Soulignant l’incohérence de cette croyance dans laquelle il ne voit qu’une «torve et triste superstition», Spinoza démontre qu’elle ne peut qu’être le fait d’envieux prenant plaisir à la peine et à l’impuissance de l’homme et ne sachant pas de quoi ils parlent lorsqu’ils prononcent le nom de Dieu.

Éric Delassus, Souffrance et jouissance dans la philosophie de Spinoza
> Biographie et bibliographie