Epictète. Le désir aliène et rend malheureux


II – Pour être libre, refuser le mal et renoncer provisoirement aux désirs.

1. Souviens-toi de ceci: quand on désire, on veut obtenir l’objet de son désir et quand on refuse, on veut ne pas avoir ce que l’on refuse; qui manque l’objet de son désir n’est pas heureux et qui obtient ce qu’il refuse est malheureux. Si donc tu refuses seulement ce qui mutile la nature humaine et dépend de toi, tu ne risqueras pas d’avoir ce que tu refuses; mais si tu refuses la maladie, la mort, la pauvreté, tu seras malheureux.

2. Cesse donc de refuser tout ce qui ne dépend pas de nous, refuse au contraire, parmi les choses qui dépendent de nous, ce qui blesse la nature humaine. Quant aux désirs, pour le moment, renonces-y totalement: car si tu désires l’une des choses qui ne dépendent pas de nous, tu ne seras pas heureux, c’est inévitable; et si tu désires l’un de ces biens qui dépendent de nous et qu’il serait légitime de désirer, aucun n’est encore à ta portée. En tout cas, dans le désir comme dans le refus, sois réservé, retenu, raisonnable.

Epictète (50-125), Manuel II
Biographie