▷ Michaël Edwards. L’émerveillement


© France Culture

Au lieu de supposer que l’émerveillement est le propre des enfants et des ingénus, une émotion agréable et passagère dont on se défait en comprenant l’objet qui l’a provoqué ou en revenant aux choses sérieuses, Michael Edwards invite à penser qu’il n’y a rien de plus adulte ni de plus sérieux que de s’émerveiller.

> Biographie