▷ Marc-Alain Ouaknin. L’humour juif


© RTS

« Le vieux Moshé harcèle Dieu à la synagogue : Seigneur, qu’est-ce que c’est pour Toi mille ans ? Une minute ! Qu’est-ce que c’est pour Toi un million ? Un centime ! Seigneur, fais-moi cadeau d’un centime ! Une voix lui répond : Attends une minute ! » Quand Dieu lui-même est présenté comme le héros d’une grande saga burlesque, il y a de quoi surprendre. Quand la naissance d’Isaac est décrite comme la première blague juive, on n’ose y croire. Et ça n’est qu’un début… Avec la traditionnelle mère juive, les rabbins et tous les autres, l’humour juif n’épargne personne. Et c’est tant mieux ! Malgré les déboires et les tragédies, avec un esprit caustique et une tendre indulgence, ces blagues construisent l’histoire, la grande et la petite, d’un peuple qui n’a cessé de s’interroger, avec humour, sur son identité.

Marc-Alain Ouaknin (*1957)


Biographie
Marc-Alain Ouaknin, philosophe et écrivain français, fils du grand-rabbin Jacques Ouaknin (1932), a suivi des études rabbiniques.

Docteur en philosophie, directeur du Centre de recherches et d’études juives à Paris, professeur de littérature comparée à l’université de Bar-Ilan, il travaille depuis plus de 20 ans à commenter et à approfondir la pensée d’Emmanuel Lévinas en la mettant en dialogue avec les textes de la pensée juive et en particulier, les textes de la Kabbale et du Hassidisme, ainsi qu’avec la psychanalyse lacanienne ou la phénoménologie et l’esthétique de Merleau-Ponty.

En 1983 Marc-Alain Ouaknin publie la traduction d’un commentaire biblique, « Les Pirqé de Rabbi Eliézer », en collaboration avec Charles Mopsik et Eric Smilévitch.

En 2001, il publie une traduction du « Livre de Jonas » en collaboration avec Anne Dufourmantelle dans « La nouvelle traduction de la Bible » des éditions Bayard.

En 2007 Marc-Alain Ouaknin cofonde le Projet Targoum, projet d’une nouvelle traduction de la Bible hébraïque, (traduction et commentaires), et l’Atelier Targoum, Atelier de recherche sur la méthodologie de l’interprétation et de la traduction des textes fondateurs, en partenariat avec le Centre Culturel du MJLF et la Fondation Moses Mendelssohn.