Gildas Richard (*1965). De la confiance


> philo.pourtous.free.fr

La confiance, pense-t-on, ne va pas sans conditions. On ne peut l’accorder à n’importe qui les yeux fermés, ni réclamer d’autrui qu’il nous l’accorde aveuglément sans la dégrader en simple crédulité. On dit d’elle justement qu’elle se mérite, et qu’en être digne est chose difficile et rare. Il faut pour cela donner certains gages : le témoignage d’actes antérieurs, et une certaine qualité de l’attitude présente qui laisse à penser que les actes futurs seront de l’étoffe des précédents. Pourtant, il n’y a sens à parler de confiance que si est reconnue l’existence d’une incertitude, que de telles garanties sont impuissantes à faire disparaître. Lors même que tout indique qu’il en adviendra bien comme on l’attend, on admet que demeure la possibilité qu’il en aille autrement; car si l’on tient que cette possibilité n’existe pas du tout, on doit dire alors que l’on sait positivement ce qui aura lieu, et non que l’on est confiant. Il faut donc considérer que, là où il s’agit de confiance, les plus solides assurances ne peuvent jamais procurer, littéralement, que des raisons de croire : des raisons, car la confiance est par elles fondée à se donner plutôt qu’à se refuser; mais des raisons de croire, parce qu’en se donnant la confiance s’élance au-delà de ce qu’elles garantissent effectivement. Mais précisément, vers quoi ou vers qui s’élance-t-elle au juste ? Avec quel genre d’être la confiance est-elle de mise ? De quelle « croyance » et de quelle incertitude s’agit-il donc avec elle ?

Gildas Richard


Biographie
Gildas Richard (*1965), professeur à Perpignan, est agrégé et docteur en philosophie. Auteur de « Nature et formes du don » aux Éditions L’Harmattan, il est également le fondateur et l’un des contributeurs réguliers d’un site internet grand public qui est une véritable invitation à la philosophie : > Invitation à la philosophie