Sénèque. La vie est-elle vraiment courte ?

Lucas Vorsterman (1595-1675)
Portrait de Sénèque (~1638)
d’après Pierre Paul Rubens, BnF Paris

I
1. La plupart des mortels se plaignent de l’injuste rigueur de la nature, de ce que nous naissons pour une vie si courte, de ce que la mesure de temps qui nous est donnée fuit avec tant de vitesse, tarit de rapidité, qu’à l’exception d’un très-petit nombre, la vie délaisse le reste des hommes, au moment où ils s’apprêtaient à vivre. Cette disgrâce commune, à ce qu’on pense, n’a point fait gémir la foule seulement et le vulgaire insensé : même à d’illustres personnages ce sentiment a arraché des plaintes.

3. Nous n’avons pas trop peu de temps, mais nous en perdons beaucoup. La vie est assez longue; elle suffirait, et au delà, à l’accomplissement des plus grandes entreprises, si tous les moments en étaient bien employés. Mais quand elle s’est écoulée dans les plaisirs et dans l’indolence, sans que rien d’utile en ait marqué l’emploi, le dernier, l’inévitable moment vient enfin nous presser : et cette vie que nous n’avions pas vue marcher, nous sentons qu’elle est passée.

4. Voilà la vérité : nous n’avons point reçu une vie courte, c’est nous qui l’avons rendue telle : nous ne sommes pas indigents, mais prodigues. D’immenses, de royales richesses, échues à un maître vicieux, sont dissipées en un instant, tandis qu’une fortune modique, confiée à un gardien économe s’accroît par l’usage qu’il en fait : ainsi notre vie a beaucoup d’étendue pour qui sait en disposer sagement.

II
1. Pourquoi ces plaintes contre la nature ? elle s’est montrée si bienveillante ! pour qui sait l’employer, la vie est assez longue. Mais l’un est dominé par une insatiable avarice; l’autre s’applique laborieusement à des travaux frivoles; un autre se plonge dans le vin; un autre s’endort dans l’inertie; un autre nourrit une ambition toujours soumise aux jugements d’autrui; un autre témérairement passionné pour le négoce est  poussé par l’espoir du gain sur toutes les terres, par toutes les mers; quelques-uns, tourmentés de l’ardeur des combats, ne sont jamais sans être occupés ou du soin de mettre les autres en péril ou de la crainte d’y tomber eux-mêmes. On en voit qui, dévoués à d’illustres ingrats, se consument dans une servitude volontaire.

2. Plusieurs convoitent la fortune d’autrui ou maudissent leur destinée; la plupart des hommes, n’ayant point de but certain, cédant à une légèreté vague, inconstante, importune à elle−même, sont ballottés sans cesse en de nouveaux desseins; quelques−uns ne trouvent rien qui les attire ni qui leur plaise : et la mort les surprend dans leur langueur et leur incertitude. Aussi cette sentence sortie comme un oracle de la bouche d’un grand poète me parait-elle incontestable : Nous ne vivons que la moindre partie du temps de notre vie; car tout le reste de sa durée n’est point de la vie, mais du temps.

Sénèque (4-65), De la brièveté de la vie, I, 1, 3 et 4; II, 1-2
> Biographie