L’attente


Seigneur,
je me présente devant toi,
comme une maison bien pauvre,
une maison qui attend.

Loué sois-tu Seigneur
pour cette pauvreté !
Si mon plafond est défoncé,
il peut laisser filtrer la lumière.
Si mes murs sont délabrés,
ils peuvent laisser passer ton souffle.
Si ma maison est vide,
elle peut t’accueillir.

Seigneur, voici ma maison.
Je te l’offre avec sa pauvreté :
remplis-la de ta présence.
Toi, le Dieu qui pardonne, tu ne dis pas :
« Faites le ménage et je viendrai ! »
Non, tu viens chez moi
et mon désordre ne te fait pas peur.

Viens Seigneur !
Depuis si longtemps ma maison t’attend.
Elle sera toujours vide tant que tu n’y sera pas.
Maranatha : viens Seigneur Jésus !

Georges Madore