Au bout de l’Avent


Au bout de la route, il n’y a pas la route,
mais le terme du pèlerinage.
Au bout de l’ascension, il n’y a pas l’ascension,
mais le sommet.
Au bout de la nuit, il n’y a pas la nuit,
mais l’aurore.
Au bout de l’hiver, il n’y a pas l’hiver,
mais le printemps.
Au bout de la mort, il n’y a pas la mort,
mais la vie.
Au bout du désespoir, il n’y a pas le désespoir,
mais l’espérance.
Au bout de l’humanité, il n’y a pas l’homme,
mais l’Homme-Dieu.
Au bout de l’Avent, il n’y a pas l’Avent,
mais Noël.

Joseph Folliet