Attention !


Attention : chien méchant.
Attention : travaux.
Attention : chute de pierres.
Attention : route glissante.
Partout, des appels à l’attention.

Mais où sont les appels à l’attention
que nous devons aux autres :
les appels à la délicatesse,
les appels au respect,
les appels au partage ?

Je suis distrait, Seigneur.
Comment pourrais-je entendre ces appels,
quand je suis préoccupé par ma santé,
enfermé dans mes rêves,
épuisé par mon travail,
fasciné par la télévision…
Pardon, Seigneur.

Et tes appels, Seigneur, les tiens,
les petits signes que tu m’adresses
à travers les gens proches ou lointains,
les grands signes que tu m’adresses,
à travers l’exemple des saints,
à travers les messages de ton Évangile,
à travers les invitations à la prière,
tous ces appels ne rencontrent souvent
que mon indifférence…
Pardon, Seigneur.

Apprends-moi, je t’en prie
à être attentif :
à toutes les attentes,
à toutes les souffrances,
à toutes les espérances.

Apprends-moi aussi :
à déceler tout ce qui est bien
derrière tout ce qui est mal,
tout ce qui se cherche
derrière tout ce qui est acquis,
tout ce qui est neuf
derrière tout ce qui est vieux,
tout ce qui bourgeonne
derrière tout ce qui se fane,
tout ce qui vit
derrière tout ce qui est mort.

Montre-moi, Seigneur :
l’enfant sous le vieillard,
la plage sous les pavés,
le soleil sous les nuages,
et toutes les soifs cachées :
la soif de pureté,
la soif de vérité,
la soif d’amour,
la soif de vie.

Anonyme