La douceur de la vérité

Christ en majesté (~1400)
Collection privée

Jésus-Christ,
ta royauté n’est pas celle des « grands » de ce monde.

Tu ne veux pas imposer ta parole avec violence,
qui accompagne souvent ici-bas l’autorité,
et qui n’est qu’un pastiche, une caricature
dénaturant l’autorité de ton Père.

Ton autorité repose sur la douceur de la vérité,
le renoncement à toute haine,
le service le plus profond
et le plus fondamental de l’humanité :
sa libération du mal et de la souffrance.

Tu n’as pas choisi de combattre la violence
par une violence plus grande encore.
Ta toute-puissance te conduit au contraire
à prendre sur toi la violence de l’humanité
et à n’y répondre que par la douceur
d’un amour qui purifie et guérit.

La violence est mensonge,
elle est aussi faiblesse
car elle ne se contrôle pas
et finit par s’engloutir elle-même.

L’amour et la douceur sont la vérité,
et la vérité est forte.
Elle finit par s’imposer,
elle reste debout
même dans les pires contradictions.

Jésus, tu es proclamé roi en ta Passion.
Tu règnes, car dans ta mort innocente
le mal est jugé,
les méchants se condamnent eux-mêmes,
la vérité de l’amour éclate en toi, le Seigneur,
qui reste digne et libre,
plus fort que toute haine,
que tout mal, que tout mensonge.

En ces temps où nous sommes affligés
par des violences révoltantes,
qui inspirent le dégoût du non-sens,
une issue nous est offerte :
t’invoquer toi, notre roi, le miséricordieux.