Heureux ceux qui…


Heureux ceux qui respectent
mes mains décharnées
et mes pieds déformés.

Heureux ceux qui conversent avec moi
bien que j’aie désormais quelque peine
à bien entendre leurs paroles.

Heureux ceux qui comprennent
que mes yeux commencent à s’embrumer
et mes idées à s’embrouiller.

Heureux ceux qui,
en perdant du temps à bavarder avec moi,
gardent le sourire.

Heureux ceux qui jamais ne me font observer :
« C’est la troisième fois que
vous me racontez cette histoire ! »

Heureux ceux qui m’assurent qu’ils m’aiment
et que je suis encore bonne
ou bon à quelque chose.

Heureux ceux qui m’aident à vivre
l’automne de ma vie…

St Vincent de Paul