A qui irions-nous Seigneur ?


A qui irions-nous Seigneur,
tu as les Paroles de la vie et du bonheur ?
Mais comprenons-nous ce que tu nous dis ?

Heureux les pauvres de cœur,
le Royaume des Cieux est à eux !
Faut-il ne rien posséder pour te suivre sans hésiter ?
Ou faut-il plutôt avoir ce regard d’enfant,
simple et bienveillant,
étonné et toujours nouveau ?
Déjà, dans un psaume lointain,
Dieu parle au cœur de l’homme et l’homme parle à Dieu :
« Je n’ai pas le cœur fier et le regard hautain,
mon âme se tient égale et silencieuse comme un enfant,
un petit enfant contre sa mère. » (Ps 130)

Et toi, Jésus, tout au long de ta vie,
sur les chemins que tu parcours,
tu nous montres comment vivre heureux en te suivant,
être doux, compatissant,
savoir comme le publicain, reconnaître devant toi,
les faiblesses, les obstacles qui nous éloignent de toi.

Oui, tout au long de ton Évangile,
tu nous demandes simplement d’être le reflet,
dans nos vases fragiles, de ton Amour infini.

Brigitte Butez


Christ Pantocrator, XIIIe s.
Monastère Sainte-Catherine, Sinaï