Bernard de Clairvaux. Lettre au pape Eugène III

Bernard de Clairvaux
Manuscrit de La Légende dorée (~1267-1276)

Lettre au pape Eugène III
Moine cistercien devenu pape (1145-1153)

Désormais je parle à mon maître, je n’ose plus t’appeler mon fils. Celui qui me suivait a passé devant moi. […]

L’Église exulte et glorifie le Seigneur de ton élection, mais au sein de l’Église la joie est plus grande encore dans cette communauté dont tu as été l’enfant. Quoi donc ? J’exulte moi aussi et pourtant je l’avoue j’ai peur. Ma joie est mêlée de crainte et de tremblements. […] Je vois la dignité où tu es élevé et de quelle hauteur maintenant tu peux tomber.

À voir la pompe qui t’entoure on te prendrait plutôt pour le successeur de Constantin que pour le successeur de saint Pierre. Contemple-toi d’un regard dénudé dans ta première nudité puisque tu es sorti nu des entrailles de ta mère. Es-tu donc né coiffé de la tiare, brillant de joyaux, chatoyant sous la soie, couronné de plumes ou constellé de métaux précieux ? Éloigne tous ces ornements, dissipe-les comme les éphémères nuées du matin. […] Tu ne verras plus alors qu’un homme nu, pauvre, malheureux, pitoyable, un homme né de la femme et donc héritier du péché, destiné à une vie brève et donc dans la crainte.

Qui t’a chargé de régler les héritages et de faire le partage des propriétés ? Les affaires infimes et terrestres ont leurs juges naturels, ce sont les princes et les rois de ce monde. Pourquoi empiéter dans le domaine d’autrui ? […] Et alors quand prierons-nous, quand enseignerons-nous les peuples, quand édifierons-nous l’Église, quand méditerons-nous sur la loi ? Le palais retentit chaque jour des lois de Justinien et non celles du Seigneur. Est-ce juste ?

Tu n’es pas le souverain des évêques, mais l’un d’entre eux, le frère de ceux qui aiment Dieu, le compagnon de ceux qui le craignent. Tu dois être au milieu d’eux comme le modèle de la justice, le miroir de la sainteté, […] l’ami de l’époux, le tuteur de l’épouse, la règle du clergé, le maître d’école des ignorants, l’avocat des pauvres, l’espoir des malheureux.

Bernard de Clairvaux (1090-1153), Lettre au pape Eugène III, dans Pierre Riché, Saint Bernard
> Biographie