Jean Daniélou. Jésus doit naître en nous


 Jésus est venu, mais il est toujours Celui qui doit venir. Il est venu, mais non pas entièrement venu. Nous sommes toujours dans l’Avent, dans l’attente du Messie. Il est venu, mais il n’est pas encore pleinement manifesté. Il n’est ni pleinement manifesté dans nos âmes, ni pleinement manifesté dans l’humanité entière. Jésus est né selon la chair à Bethléem de Judée, de même il doit naître spirituellement dans chacune de nos âmes. Il y a une Nativité perpétuelle de Jésus en nous qui est tout le mystère de la vie dans l’Esprit. Il nous faut continuellement nous transformer en Jésus, prendre les dispositions du Cœur de Jésus, les jugements de l’intelligence de Jésus. Car être chrétien, c’est nous transfigurer ainsi peu à peu en Jésus-Christ, de manière à devenir vraiment les enfants du Père, puisque seuls sont enfants du Père ceux qui sont pleinement transformés par le Fils. Le mystère de la vie chrétienne, c’est celui de la transfiguration de chacune de nos âmes en Jésus.

Or ce qui est vrai de la préparation de la venue de Jésus dans la chair, reste vrai de la préparation spirituelle de la venue de Jésus dans nos âmes et de la préparation de la venue spirituelle de Jésus dans le corps mystique tout entier, car le plan de Dieu est un. Et ici nous touchons le fond même du mystère de la Vierge: de même que Marie a joué un rôle éminent et particulier quant à la naissance charnelle de Jésus, puisqu’elle lui a donné la chair dont il est né, de même Marie continue de jouer un rôle éminent dans les préparations des venues actuelles de Jésus. On peut donc le dire: Marie continue de circuler dans le monde, selon l’expression des Pères, pour y être toujours Celle qui prépare la venue de Jésus. Et ceci est vrai de chacune de nos vies.

Oui, en toute vérité, Marie a un rôle particulier dans nos vies spirituelles parce qu’elle est celle qui prépare les venues de Jésus en nous et qui, progressivement, forme Jésus en nous. Ce rôle de Marie a un rapport étroit avec l’esprit d’enfance spirituelle. Mais comme l’esprit d’enfance n’est en aucune manière une sublimation de la nostalgie de l’enfance, ainsi la dévotion mariale n’est aucunement la sublimation de la maternité humaine. Loin d’être une humanisation du christianisme, le rôle de Marie dans le plan de Dieu est un des aspects de l’Incarnation les plus déconcertants pour la raison humaine; et c’est pourquoi nos rationalistes cherchent à l’écarter. Il introduit ceux qui l’acceptent dans cette enfance spirituelle qui a les promesses du Royaume de Dieu.

Jean Daniélou (1905-1974), Le mystère de l’Avent
Biographie