St Ephrem le syrien. Une vierge concevra


J’ai vu Sion en joie et la Sainte Église en pleurs. Je me suis assis en gémissant. Qu’est-il donc arrivé au monde ? Si la mort subsiste dans le monde, pourquoi Adam a-t-il été créé ? Et si le Malin ceint la couronne de la royauté, pourquoi les justes sont-ils mis à mort ?

Alors Isaïe m’a appelé et m’a dit : «Viens donc, ô homme, et je te dirai : ‘Voici qu’une vierge concevra et enfantera un fils. Son nom sera Emmanuel’. Par son sang purificateur, il rachètera le monde.»

Son amour a poussé le Fils de Dieu à descendre sur terre. Dans son amour, il s’est fait homme pour l’homme. Avec amour, la Vierge bienheureuse a reçu le salut bienveillant de l’Ange qui l’annonçait. Avec amour et miséricorde, le Créateur pétrit Adam. Avec amour, il s’est joint lui-même à la famille d’Adam pour lui rendre la gloire qu’Adam avait perdue au paradis. L’être qui est au-dessus de tout s’est abaissé par amour, pour élever les humbles jusqu’au niveau de Dieu et pour leur ouvrir les trésors de sa sagesse; ceci pour qu’ils s’enrichissent de ses biens et administrent ses trésors, afin qu’ils se réjouissent sans souffrance et règnent sans crainte.

Le message que porta l’archange Gabriel a semé la paix dans la création et la tranquillité au ciel et sur la terre quand il annonça à la Bienheureuse : « Le Seigneur est avec toi, et il naîtra de toi, le maître de toutes les créatures et le rédempteur des enfants d’Adam. » Béni soit celui qui a daigné descendre dans le sein de la Vierge pour racheter les mortels. Entre le ciel et la terre qui étaient dans la joie, une vierge et un ange ont fait la paix: Gabriel a reçu un message de son maître et il est venu saluer Marie en disant : « Paix à toi, ô bienheureuse Marie, car ton fils a ouvert une porte entre le Père et le monde, et par lui Adam sera racheté. »

Du Père jusqu’à Marie : Dieu le Verbe; de Marie à nous : Dieu incarné. Quand il entra chez elle, il était le Verbe, et quand il en sortit, il était Dieu incarné. Il a pris de nous et il nous a donné du sien et il nous a unis à lui. L’Église qui l’a reçu chante sa gloire jour et nuit. Toutes les générations qui ont pressenti ce héros si précieux nous envient notre bonheur. Car elles espéraient le voir ce trésor qu’elles ont seulement palpé comme en rêve. Et ce rêve s’est réalisé pour nous, de nos jours. Il était passé comme un trésor fermé sur les siècles et les avait étonnés. « Quand s’ouvrira pour nous ce trésor ? », soupiraient les justes, les prophètes et les rois et tous les saints qui l’avaient pressenti. Aujourd’hui ont été accomplies les paroles des Prophètes qui s’exprimaient en figures : « Fils, Enfant, Splendeur, Soleil Levant, Sceptre, Souche », selon ce qui est écrit; « Étoile et Principe », comme il a été annoncé. Et voici réalisées ces figures dans l’enfant né de la Vierge. Bienheureuse Mère qui as été jugée digne de servir de mère au Fils du Très-Haut, toi qui as enfanté dans la virginité l’Ancien qui avait donné naissance à Adam et à Ève. Il est issu de toi le doux fruit plein de vie, et par lui les exilés sont rentrés au paradis.

Madroso (hymne) de St Ephrem, FanquitII