Galand de Reigny. Foi, espérance et charité

Le travail de la vigne, XIIe s.
Vitrail du zodiaque
Chartres

« Pourquoi l’Apôtre a-t-il dit : Elles sont trois, foi, espérance et charité; mais la plus grande d’entre elles, c’est la charité ? Pourquoi les énonce-t-il dans cet ordre-là, pourquoi met-il la dernière au-dessus des deux autres ? »

Le père spirituel lui répondit : « Quand un agriculteur a mis tous ses soins à planter une vigne et s’est donné beaucoup de peine à la cultiver, il est joyeux certes lorsqu’il la voit plantée, mais plus joyeux lorsque avec le temps il la voit fleurir aux jours printaniers, très joyeux enfin lorsque à l’automne il la voit porter du fruit. Or la vigne de Dieu, plantée par la foi, fleurit par l’espérance et donne son fruit dans la charité. Si donc la foi est chose joyeuse, l’espérance l’est davantage et la charité souverainement. Planter une vigne, voilà qui ne dure pas toujours; la beauté des fleurs est passagère, elle aussi; mais veux-tu savoir de quelle nature est le fruit de charité ? Écoute le Seigneur : Et que vous portiez du fruit, dit-il, et que votre fruit demeure. Cette plantation qu’est la foi passe, les fleurs d’espérance aussi tombent, mais la charité ne disparaît jamais. Et de fait nous peinons beaucoup à planter et même à la floraison nous ne recevons encore rien, tandis qu’à la récolte des fruits nous remplissons tout joyeux nos celliers.

La charité remplit le grenier du ciel, car foi et espérance ne montent pas jusque-là. Notre charité germe ici-bas, elle lève ici-bas de la terre de notre cœur; mais sa cime pénètre les cieux et son fruit nous met en compagnie des anges. Tu ne peux monter au ciel sinon par l’arbre de la charité. A moins de planter ici-bas la charité, tu n’en cueilleras pas le fruit là-haut.

Mais quand tu sèmeras une semence de charité dans jardin de ton cœur, prends garde à l’envie, la pire des mauvaises herbes. C’est elle en effet elle surtout, qui détruit la charité en germe, étouffe toutes ses pousses et l’arrache jusqu’à la racine. Nourris la charité, ordonne en toi la charité de manière à aimer d’abord les gens de ta maison, tes compagnons, ensuite tes autres intimes, en troisième lieu tes voisins ou les gens des environs, en quatrième lieu également ceux qui habitent plus loin mais ne te sont pas inconnus, en cinquième lieu étrangers et inconnus, et enfin tes ennemis eux-mêmes.

Bref, la foi nous enfante, l’espérance nous nourrit, la charité nous parfait. »

Sources Chrétiennes 378, Parabolaire, Parabole 9 B

Biographie
Galand de Reigny ne nous est connu que par son nom, et par les renseignements que l’on peut tirer de son œuvre. Il appartint d’abord à un groupe d’ermites établi dans le diocèse d’Autun puis sa communauté voulut s’affilier à Clairvaux. Pour des raisons de salubrité, le monastère fut transféré à Reigny, dans le diocèse d’Auxerre, en 1134.