Eloi Leclerc. Marche humblement avec ton Dieu !


Dans un très beau passage de la Bible, le prophète Michée rappelle à Israël ce que Dieu attend de lui : « On t’a fait savoir, homme, ce qui est bien, ce que Yahvé attend de toi : rien d’autre que d’accomplir la justice, d’aimer la bonté, et de marcher humblement avec ton Dieu. » (Mi 6,8)

Ce message, d’une simplicité toute biblique, nous dit ce que doit être essentiellement notre relation avec Dieu. On comprend aisément l’exigence de justice et de bonté. On comprend peut-être moins bien ce que signifient les derniers mots : « Marcher humblement avec ton Dieu. » Que veut dire cette dernière requête ?

Remarquons tout d’abord que l’homme est invité, non pas à se prosterner devant Dieu ni même à se tenir debout devant lui, mais à « marcher avec lui ». Cette image dynamique de la « marche avec » évoque une entente, une complicité dans l’action. On marche ensemble vers un même but, dans la même direction. Être invité par Dieu à « marcher avec lui », c’est être appelé à entrer dans son projet, à collaborer à son Dessein. C’est là évidemment un honneur incomparable.

Mais le prophète précise : « Marcher humblement ». Il ne faut pas oublier, en effet, que c’est Dieu qui nous invite à marcher avec lui. Ce n’est donc pas l’homme qui fixe le but de cette marche, ni le rythme, ni les étapes. L’homme est invité à emboîter le pas, à épouser le Dessein de Dieu. Dieu est le maître du jeu. Le reconnaître et l’accepter suppose de notre part une vraie conversion.

Le plus souvent, en effet, c’est nous qui demandons à Dieu de « marcher avec nous », d’entrer dans nos desseins, de bénir nos projets et d’en assurer le succès. Et nous croyons même lui faire honneur en implorant son aide et son secours.

Or, « marcher humblement avec Dieu », c’est tout le contraire. Il s’agit de se laisser conduire par lui, sur le chemin qu’il a choisi, en nous remettant totalement à lui. C’est vraiment épouser son Dessein sur nous. Bref, ce que le Seigneur nous demande, en nous invitant à « marcher humblement avec lui » c’est, en même temps que notre collaboration aimante, une humilité confiante.

Cette humilité-là n’écrase pas : elle élève. Car le Dessein de Dieu sur nous est un Dessein d’amour et de grandeur. Dieu veut nous associer à sa vie, à sa gloire, et à sa joie divines. Il veut faire de nous ses intimes, ses fils. « Marcher humblement avec ton Dieu », ce n’est donc pas marcher la tête basse, avec un visage éteint, comme un esclave. Bien au contraire, l’humilité, ici, va de pair avec la conscience de la grandeur à laquelle Dieu nous appelle. Avec la conscience aussi de la gratuité de son don. « Marcher humblement avec son Dieu » c’est s’avancer sur un chemin de grandeur, dans la louange et l’action de grâce.

Eloi Leclerc (1921-2016), Le Père Immense


Biographie
Eloi Leclerc est né à Landerneau en 1921, dans une famille de 11 enfants. Désireux dès l’enfance de devenir franciscain, il entre en 1939 au noviciat d’Amiens. En 1943, il part à Cologne dans le cadre du Service du Travail Obligatoire (STO). L’année suivante, il est arrêté en compagnie de 60 religieux accusés comme lui de propagande anti-nazie et déporté d’abord à Buchenwald puis transféré à Dachau dans des conditions épouvantables à quelques jours de la capitulation. Il ne racontera cette expérience qu’en 1999 dans Le soleil se lève sur Assise. A son retour en France, il devient professeur de philosophie et se met à écrire. Sagesse d’un pauvre le fait connaître en 1959. Suivent plusieurs livres consacrés à Saint François d’Assise, Le maitre du désir, méditation sur l’Évangile selon Saint Jean, Le royaume caché, qui médite sur la présence de Dieu au milieu des pires épreuves.