Origène. Le bien-aimé bondit sur les montagnes

Origène
Gravure allemande, XIXe s.


On lit dans le Cantique des cantiques :  » Le bien-aimé vient. Il bondit sur les montagnes, il court sur les collines. » (Ct 2,8) Voyons donc comment le Christ vient vers l’Église « bondissant sur les montagnes, courant sur les collines. »

Rapportons ce verset à chaque individu. Certains sont plus aptes que d’autres à recevoir le Verbe de Dieu. Ils ont bu l’eau qui leur est donnée par Jésus. Celle-ci s’est faite en eux « une source d’eau vive jaillissant en vie éternelle ». Ce sont ceux en qui le Verbe de Dieu, par des pensées nombreuses et abondantes, bouillonne, pour ainsi dire, en flots perpétuels : ils deviennent des montagnes et des collines par leur vie, leur science et leur doctrine. Le Verbe de Dieu saute et bondit en dehors d’eux. Il est devenu en eux, par l’abondance de leur enseignement, une « source d’eau vive qui jaillit en vie éternelle ».

Origène (~185 – ~253), Commentaire sur le Cantique, III, 12.


Biographie
Origène (en grec ancien Ὠριγένης / Ôrigénês) est un théologien de la période patristique. Il est l’un des Pères de l’Église. Il naît dans une famille chrétienne. En 202, sous le règne de Septime Sévère, l’Église d’Alexandrie est persécutée et son père Léonidès meurt martyrisé. Sa mort laissait sans ressources une famille de neuf personnes car ses biens avaient été confisqués. Origène doit alors travailler pour faire vivre ses nombreux frères et sœurs. Instruit dans les belles-lettres et les saintes Écritures, il enseigne la grammaire. En 215, bien que très jeune, il succède à son maître Clément d’Alexandrie à la tête de la Didascalée à l’École théologique d’Alexandrie (école catéchétique). Il se signale par une grande rigidité de principes et de mœurs. Pour être entièrement indépendant, il vend sa bibliothèque pour une somme minime, mais qui lui suffit en raison de son extrême frugalité. Il donne des leçons publiques à Césarée en Syrie la journée et consacre à l’étude de la Bible la plus grande partie de ses nuits.

En 230, il est ordonné prêtre à Jérusalem. En 231, il quitte Alexandrie pour Césarée, en Palestine, où il continue d’expliquer l’Écriture et où une nouvelle école prend corps autour de lui avec les élèves les plus remarquables (dont Grégoire le Thaumaturge).

En 250, sous le règne de Dèce, il subit des persécutions et, bien qu’emprisonné et torturé, il ne cesse d’écrire pour encourager ses compagnons et composer son livre Contre Celse. Il retrouve la liberté et meurt peu après, probablement des suites de ses blessures. Il est considéré comme le père de l’exégèse biblique pour avoir commenté tous les Livres de l’Ancien et du Nouveau Testament et un des premiers grands philosophes chrétiens.